LE FIL

Après l’épidémie

Le marché chinois des vins se relance et reporte en mai le salon de Chengdu

Vendredi 27 mars 2020 par Alexandre Abellan

La 102ème China Food and Drinks Fair aura lieu du 21 au 23 mai.
La 102ème China Food and Drinks Fair aura lieu du 21 au 23 mai. - crédit photo : Ad'Occ Région Occitanie
Mise à l’arrêt avec le pic pandémique de coronavirus, la Chine reprend progressivement des couleurs et commence à se projeter dans de nouvelles importations de vins et spiritueux.

On pourrait y voir le jeu des vases communicants. Alors que l’Europe et l’Amérique du Nord s’enfoncent dans l’épidémie de coronavirus, la Chine sort progressivement du confinement lié au Covid-19, qui y est apparu fin décembre 2019 et s’y est répandu tout le long de l’hiver. Parmi les signes de réouverture du marché chinois ce printemps 2020, les commerciaux des vins et spiritueux français notent, souvent en télétravail, le retour des demandes de cotation et d’échantillons de la part de leurs distributeurs et importateurs asiatiques.

Ce premier signe de relance s’accompagne de l’annonce de la date de report du plus grand salon chinois des vins et de l’alimentation : la foire des boissons alcoolisées de Chengdu (Chengdu Tang Jiu Hui ou China Food and Drinks Fair). Initialement prévu ces jours-ci, du 26 au 28 mars, l’évènement comptait parmi les premiers salons reportés par leurs organisateurs à cause de l’épidémie de coronavirus. Les plus de 300 000 visiteurs attendus par les 4 000 exposants de ce salon printanier sont désormais conviés du 21 au 23 mai prochains au parc des expositions de Chengdu (Sichuan). Dans un contexte de décrue de l’épidémie de coronavirus, « il s’agit du premier évènement majeur qui a eu l’autorisation de se dérouler en mai » souligne le South China Morning Post, qui rapporte que les opérateurs chinois se préparent à un évènement moins attractif qu’à l’accoutumée.

Effet miroir

Il faut dire que la situation s’est renversée par un jeu mondialisé de vases communicants. Alors qu’en début d’année les visiteurs asiatiques des salons occidentaux inquiétaient quelque peu les exposants européens, ce sont désormais les exposants français, italiens et espagnols qui risquent de créer l’inquiétude auprès des acheteurs chinois. Les premiers frémissements commerciaux ne sont pas encore un signe de retour à la normale.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé