LE FIL

Promesse client

Le label VDD devient Vignerons Engagés pour s'affirmer

Mercredi 12 février 2020 par Alexandre Abellan

« La RSE, c’est intégrer toutes les composantes du développement durable (environnementale, économique et sociale) au sein de son entreprise » estime Pascal Duconget.
« La RSE, c’est intégrer toutes les composantes du développement durable (environnementale, économique et sociale) au sein de son entreprise » estime Pascal Duconget. - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)
L’association des Vignerons en Développement Durable réalise sa mue en clarifiant son positionnement transversal sur la Responsabilité Sociétale des Entreprises.

Changement d’identité : les Vignerons en Développement Durables deviennent les Vignerons Engagés. « Notre label fête ses dix ans. A l’époque, le développement durable était un concept peu connu. Désormais il s’agit d’un mot fourre-tout » pose Pascal Duconget, le président de l’association Vignerons en Développement Durable (VDD), ce 11 février sur le salon Wine Paris (porte de Versailles). « Nous avons retravaillé le nom VDD, manquant de précision, nous avons choisi Vignerons Engagés après des focus groupes de consommateurs » explique Rickman Haeverman, le directeur conseil et marketing de Rhonéa (Vallée du Rhône).

« Le logo est plus clair dans la promesse client. Il est plus lisible, n’étant plus bilingue mais décliné en deux langues » précise Gwen Corre, la responsable export des Caves de Rauzan (Bordeaux). Simplifiant leur logo, et donc leur macaron sur les bouteilles labélisées, les Vignerons Engagés souhaitent autant sortir du lot qu’exprimer tout le sens de leur démarche à leurs clients et consommateurs. En termes de Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE), « c’est la seule démarche de la filière vin qui aille de la vigne au verre » souligne Emeline Favre, responsable vigne des Vignerons de Terres Secrètes (Bourgogne).

RSE

Avec 400 questions posées aux entreprises vitivinicoles, le cahier des charges des Vignerons Engagés repose sur 4 piliers (agir pour l’environnement, garantir une qualité de la vigne au verre, soutenir le territoire et le patrimoine local, offrir le juste prix pour le consommateur et le producteur) et un guide international (l’ISO 26 000, qui n’est pas une certification, voir encadré) et un auditeur extérieur (l’AFNOR, évaluant sur site).

Concrètement, l’implication dans la RSE demande non seulement une réflexion globale au sein de l’entreprise, mais une structuration de toutes ses pratiques. « Il a fallu tout formaliser, c’est lourd et difficile à mettre en place pour une petite structure de 10 salariés. Cela nous a pris presque trois ans, avec un mi-temps dédié » témoigne le vigneron Julien Henry, domaine de l’Isle Saint-Pierre (Camargue). Pour la première cave particulière labélisée VDD*, le macaron « ne nous permet pas de vendre plus cher aujourd’hui, mais c’est un argument supplémentaire en négociations. Ça permet de garantir à nos clients que l’histoire que nous leur racontons est vraie. »

Ouverture au vrac et aux MDD

Réunissant 30 entreprises adhérentes, dont 20 labélisées, les Vignerons Engagés comptent élargir leur attractivité et leur visibilité avec leur nouvelle identité. « On va être moins discret grâce à un élargissement du cahier des charges. Auparavant seules les marques propres pouvaient être labélisées. Désormais, le vrac et les Marques De Distributeurs peuvent l’être » souligne Edouard Cassanet, le directeur général de la Cave de Lugny (Bourgogne).

 

* : Ancrée dans l’univers des caves coopératives, l’association VDD s’est ouverte depuis 2016 aux caves particulières et envisage d’accueillir d’autres opérateurs de la filière vin.

 

 


Les particularités de l’ISO 26 000 expliquée par Alain Jounot, directeur délégué AFNOR :

« L’ISO 26 000 est un standard international de RSE, mais pas une norme. Il n’y a pas de réponse binaire : oui vous êtes RSE ou non vous ne l’êtes pas. On n’évalue pas la conformité, mais la maturité. L’ISO 26 000 n’est pas certifiable par définition, elle fixe lignes directrices pour évaluer les pratiques de l’entreprise et structurer sa démarche (vis-à-vis de sa propre vision du développement durable et des attentes des parties prenantes). Toutes les pratiques sont notés, si un seuil est atteint, le label est accessible. »

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé