LE FIL

USA/UE

Le secteur européen et américain du vin réclame l’abolition des taxes douanières

Mardi 14 janvier 2020 par Marion Sepeau Ivaldi

Le secteur du vin européen et américain réclame une abolition des taxes douanières de part et d'autre de l'Atlantique.
Le secteur du vin européen et américain réclame une abolition des taxes douanières de part et d'autre de l'Atlantique. - crédit photo : CC0 Creative Commons
La fin des tarifs douaniers : c’est ce que réclament deux organisations professionnelles du secteur viticole de part et d’autre de l’Atlantique.

La mise en place des taxes punitives douanières par les Etats-Unis aura permis une chose : l’unanimité des secteurs vinicoles européen et américain sur leur attachement au libre-échange. Le Comité Européen des entreprises du vin et le Wine Institute ont en effet indiqué, ce 14 janvier, avoir signé une déclaration de principe portant sur leurs revendications en matière de commerce et de taxes. Ils y réclament l’élimination totale des taxes douanières de part et d’autre de l’Atlantique, posant le principe du « zero for zero ». Rappelant qu’à le marché américain et européen du vin réuni représente un chiffre d’affaires de 4,66 milliards d’euros en 2018, les deux organisations se réfèrent aux accords du GATT qui applique l’absence de taxes sur certains produits.

Préserver l'alliance historique

Les deux organisations posent également dans leur déclaration un second principe, celui du «wine for wine ». Elles réclament ainsi que le vin ne soit pas pris en otage de disputes commerciales ayant lieu dans d’autres secteurs d’activités. « L’alliance durable entre l’Europe et les Etats-Unis sur le commerce du vin est importante pour la santé de notre secteur et doit être préservée et défendue » estiment les deux organisations, en insistant sur l’historique de collaboration entre les deux zones.

A noter que cette déclaration a été soumise à d’autres organisations professionnelles représentatives américaines, telles que celles des importateurs de vin. Ces organisations pourraient signer la déclaration dans les prochains jours. Par ailleurs, souligne le secrétaire général du Comité européen des entreprises du vin, les deux principes de la déclaration (Ndlr : « zero for zero » et « wine for wine ») pourraient également convenir à d’autres parties du monde. Et de reconnaître : « il s’agit d’une déclaration de principe assez général qui peut être étendue ».

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé