LE FIL

Haut-Médoc

Disparition de Jean Gautreau, l’homme qui racheta et relança Sociando Mallet

Lundi 04 novembre 2019 par Alexandre Abellan

Né en avril 1927 à Lesparre, Jean Gautreau a préparé une étiquette spéciale pour le millésime 2018 de sa propriété, marquant le cinquantenaire de son rachat.
Né en avril 1927 à Lesparre, Jean Gautreau a préparé une étiquette spéciale pour le millésime 2018 de sa propriété, marquant le cinquantenaire de son rachat. - crédit photo : Château Sociando Mallet
Ayant racheté 250 000 francs une propriété à la peine en 1969, cette figure du vignoble et du négoce bordelais en a fait une « référence accessible » salue Jacques Dupont.

Disparu à 92 ans, Jean Gautreau venait de fêter les 50 ans de son rachat du château Sociando Mallet (83 hectares en AOC Haut-Médoc). Sportif accompli dans sa jeunesse (étant arrivé en demi-finale junior de Roland Garros en 1945), ce natif de Lesparre est devenu courtier à son retour de service militaire (en 1948 au bureau Miailhe). S’installant à son compte en 1950, il est devenu négociant en 1957 (activité revendue en l’an 2000), se spécialisant dans les « vins ordinaires, un mélange de vins du Gers et de teinturiers du Bas Médoc, et dont l’Afrique est un très gros consommateur » rappelle le château Sociando Mallet.

Ayant développé ses ventes dans le Benelux et la mise en bouteille ambulante à la propriété, Jean Gautreau a racheté le château Sociando Mallet en 1969. Un « coup de foudre » qu’il a eu alors qu’il cherchait un investissement viticole pour l’un de ses clients belges. Acquis 250 000 francs à l’époque (soit 288 000 euros actuels, selon l’INSEE), la propriété de 5 hectares de vignes était dans un piteux état. Rachetant des parcelles voisines et investissant dans le renouvellement et l’expansion de son appareil de production, Jean Gautreau produit annuellement 450 000 bouteilles de château Sociando-Mallet et de son second vin (la Demoiselle de Sociando-Mallet).

"Vin accessible"

« Pratiquant des prix raisonnables, ne cédant jamais à la mode des vins trop extraits, il est demeuré pour les amateurs de grands bordeaux une référence, et encore aujourd'hui, Sociando-Mallet est un vin accessible aux non-milliardaires » salue Jacques Dupont dans le Point. « Les milliardaires français, Bouygues, Pinault, Lorenzetti… achètent à n’importe quel prix des propriétés. Ce que j’ai mis quarante-cinq ans à faire, ils le font en deux ans. Et nous sommes arrivés à des prix indécents : n’allez pas me dire qu’une bouteille de 75 centilitres vaut 2 000 euros. C’est indécent ! » estimait Jean Gautreau dans un entretien avec Terre de Vins en 2014.

 

Né en avril 1927 à Lesparre, Jean Gautreau a passé le relais à sa fille, Sylvie, qui a un fils, Arthur.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé