LE FIL

Faute d’équivalence

Terra Vitis intègre la certification HVE en 2020

Jeudi 19 septembre 2019 par Alexandre Abellan

« Mot à mot, nous allons avaler la HVE » déclare Jean-Michel Baudet.
« Mot à mot, nous allons avaler la HVE » déclare Jean-Michel Baudet. - crédit photo : Terra Vitis
Ne pouvant bénéficier automatiquement du label Haute Valeur Environnementale (HVE), l’association de vignerons français va inscrire ses indicateurs dans son prochain cahier des charges.

L’an prochain, Terra Vitis en finit avec son équivalence de niveau 2 dans la Haute Valeur Environnementale (HVE). « En 2020, tous les adhérents Terra Vitis seront automatiquement certifiés au niveau 3 de la HVE » annonce Jean-Michel Baudet, le nouveau président de la fédération nationale Terra Vitis. « Nous allons intégrer la HVE mot à mot, calcul par calcul, indicateur par indicateur dans notre cahier des charges. Quand un auditeur certifiera Terra Vitis, il certifiera en même temps HVE » précise le vigneron bordelais. Tournant pour l’association Terra Vitis, la décision d’ingérer la norme HVE marque la fin d’une longue espérance : obtenir une équivalence automatique avec la certification HVE, pour ne pas avoir à cumuler les démarches, et audits.

Dispositif public créé en 2011 par le ministère de l’Agriculture, la certification de niveau 3 ne peut être automatiquement étendue à toute autre démarche durable (AgriConfiance, agriculture biologique, Terra Vitis, Vignerons en Développement Durable…). « La règlementation ne prévoit pas d'équivalence à la HVE, car la HVE est basée sur des obligations de résultats mesurées par des indicateurs de performance environnementale que l'on doit satisfaire dans l'absolu » détaille le ministère de l’Agriculture à Vitisphere.

"Niveau d’exigences bien supérieur"

« Cette situation n’était plus satisfaisante. Notre cahier des charges a un niveau d’exigence bien supérieur à la HVE de niveau 3, mais nous étions cantonnés au niveau 2 pour des raisons administratives » regrette Jean-Michel Baudet. Avec l’évolution prévue du cahier des charges Terra Vitis, l’obtention de la HVE deviendra donc spontanée pour les membres de Te. Ce qui devrait accroître l’attractivité du label privé, qui recense 600 adhérents en 2019 et en vise 850 l’an prochain.

Désherbage chimique, CMR RSE…

« Les mentalités évoluent en viticulture, il faut prouver ses efforts. Terra Vitis a sa carte à jouer avec son réseau qui évolue de manière pragmatique » ajoute Jean-Michel Baudet. Ayant imposé en 2018 l’interdiction de désherbage chimique et en 2019 la non-utilisation des pesticides cancérogènes mutagènes et reprotoxiques (CMR), Terra Vitis prévoit, après l’intégration de la norme HVE, la mise en place de Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE). Une piste actuellement explorée par un groupe piloté en Rhône-Méditerranée. « Nous allons nous éloigner de l’agriculture raisonnée pour être dans une notion d’écoresponsabilité, en termes d’économie, d’écologie et d’éthique » conclut le président de Terra Vitis.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé