LE FIL

Viticulture raisonée

Jean-Michel Baudet préside la fédération Terra Vitis

Mercredi 06 mars 2019 par Alexandre Abellan
Article mis à jour le 07/03/2019 17:49:36

Dans sa vingt et unième année d’existence, le réseau national Terra Vitis réunit désormais 7 associations régionales (suite à la séparation des régions du Beaujolais et de la Bourgogne).
Dans sa vingt et unième année d’existence, le réseau national Terra Vitis réunit désormais 7 associations régionales (suite à la séparation des régions du Beaujolais et de la Bourgogne). - crédit photo : Alexandre Abellan (archives 2016)
Visant le millier d’adhérents, la certification environnementale souhaite rapidement obtenir l’équivalence HVE et intégrer davantage d’éléments de la RSE.

Vigneron dans le blayais et président de Terra Vitis Bordeaux, Jean-Michel Baudet vient d’être élu pour deux ans à la présidence de la Fédération Nationale Terra Vitis lors de son assemblée générale du 28 février dernier. « Notre sujet principal a été l’afflux de demandes d’adhésion. À part en Loire, toutes nos régions sont dynamiques » rapporte Jean-Michel Baudet. À l’entendre, le réseau Terra Vitis n’est plus dans une phase de recrutement mais d’accueil.

Recensant 600 certifiés en 2018 (pour 19 000 hectares), la démarche environnementale vise au moins 150 nouvelles adhésions en 2019. « Le plus vite possible, nous avons l’objectif d’atteindre 1 000 adhérents » annonce le nouveau président. La tendance étant appuyée par les syndicats viticoles, qui incluent l’obligation de certifications environnementales dans leurs cahiers des charges, et la demande des marchés, qui exigent des preuves de productions durables et les répercutent sur leurs fournisseurs (négociants, caves coopératives…). « Il y a dix ans, beaucoup se revendiquaient de l’agriculture raisonnée, mais cela n’engageait qu’eux. Maintenant, il y a une demande de reconnaissance extérieure, avec une certification » note Jean-Michel Baudet

HVE

En matière de norme environnementale, le développement de la certification Haute Valeur Environnementale (HVE) laisse sur sa faim Terra Vitis. « Nous voulons une équivalence de notre certification au niveau 3 de la HVE, pour être en cohérence avec les efforts fournis. Actuellement on donne l’impression d’être moins exigeants, avec une reconnaissance de niveau 2 » résume Jean-Michel Baudet. Qui regrette des blocages politiques sur l’avancée de cette équivalence, mais conseille la double certification*, malgré « un surcoût improductif ».

Une fois cette démarche administrative accomplie, Terra Vitis compte adapter son cahier des charges pour intégrer davantage d’éléments sociaux, en conformité avec la démarche de Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

 

* : À noter que Terra Vitis Alsace a développé une certification collective HVE de ses exploitations adhérentes.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé