LE FIL

Beaujolais

Discorde sur la volatile

Vendredi 16 août 2019 par Marion Sepeau Ivaldi

Les crus du Beaujolais ont un taux maximal d'acidité volatile de 0.74 gr/l.
Les crus du Beaujolais ont un taux maximal d'acidité volatile de 0.74 gr/l. - crédit photo : CC0 Creative Commons
Publiée sur change.org, une pétition de Bien Boire en Beaujolais compte plus de 550 signataires (au 14 août). Elle dénonce un changement de taux limite de volatile pour les Crus du Beaujolais.

Bien Boire en Beaujolais, salon professionnel qui regroupe plusieurs associations de producteurs du Beaujolais, a déposé une pétition sur la plateforme Change.org pour faire entendre son mécontentement sur la modification du taux de volatile maximum dans les Crus du Beaujolais pour le millésime 2019. Ces AOP bénéficiaient en effet depuis 5 ans d’une dérogation accordée par l’Inao pour que le taux maximum de volatile soit de 0.98 gr/l contre 0.74 gr/l prévu par le cahier des charges. Mais, cette année, il n’y aura pas de dérogation. « Du jour au lendemain, le taux est modifié. Nous demandons à travailler dans les mêmes conditions que celles que nous avons connues depuis 5 ans » explique Isabelle Perraud, présidente de Bien Boire en Beaujolais.

Une question d'adaption 

La pétition, qui compte plus de 550 signatures au 14 août, explique « la norme européenne étant, elle, de 0,98 gr/l, nous demandons aux ODG de revoir leur décision et surtout de modifier le cahier des charges pour revenir raisonnablement vers la norme européenne », soulignant l’incompréhension des signataires d’imposer une norme plus restrictive que celle prévue pour l’Union européenne. Mais, Bien Boire en Beaujolais soulève d’autres question. A commencer par la capacité des AOC à s’adapter au changement climatique. « Aujourd’hui, il y a de nouveaux enjeux à prendre en compte. Avec des millésimes plus secs et chauds, on a plus de degrés, plus de sucre et des volatiles qui sont naturellement plus hautes » souligne Anne Perraud qui précise s’être renseignée auprès d’un laboratoire d’œnologie. « Bios ou conventionnels, le millésime 2018 avait des taux d’acidité volatile plutôt élevés ». De quoi, également, battre en brèche, les critiques qu’ont soulevé la pétition, essentiellement soutenue par de des producteurs bios et biodynamiques. « Soyons clairs, en vin nature, il y a des vins avec des taux de 0.15 gr/l d’acidité volatile. Nous souhaitons simplement conserver une souplesse sur ce taux ! » poursuit la présidente.

Technique de replis

D’après elle, l’ODG des Crus du Beaujolais ne serait pas opposée à travailler sur un changement des cahiers des charges de manière à inscrire durablement un taux de 0.98 gr/l de volatile. Mais, cette démarche se heurte à la possibilité de replier les crus en AOC Beaujolais et Beaujolais Villages qui, eux aussi, ont un taux de volatile maximum de 0.74 gr/l. « Je ne suis pas opposé à réfléchir à une modification du taux » indique Daniel Bulliat, tout en soulignant qu’il ne souhaite pas le faire dans la précipitation. « J’ai invité Bien Boire en Beaujolais en octobre à notre conseil d’administration pour réfléchir à la question » poursuit-il. « A mon avis, les bons professionnels peuvent sentir la volatile sur un gamay quand le taux est à 0.98 gr/l ». Et de sous-entendre qu’il sera peut-être possible de relever le taux au-delà de 0.74 gr/l mais peut-être pas à 0.98 gr/l…

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
craoux Le 16 août 2019 à 20:50:43
La pétition n'est pas légitime si le cahier des charges portait précisément ce calendrier de changement de limite. Cette pétition s'inscrit dans le mode de fonctionnement carrément antidémocratique consacré par les "gilets jaunes" ! Le débat doit être organisé au sein de l'ODG ... les instances statutaires garantissent l'expression de chacun(e) mais TOUT LE MONDE DOIT ACCEPTER l'issue d'un vote. Maintenant, s'il faut comprendre que la fixation de la limite est à ce point stratégique (pour les bidouillages en repli des Crus vers l'AOP basique bôjo ..) que c'est triste pour l'identité qualitative des pinards en cause ...
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé