LE FIL

Outil de promotion

Les vins de Bordeaux à l'école Montessori

Mardi 02 juillet 2019 par Alexandre Abellan

L’animation du Black Jack permet aux participants de casser les codes de la dégustation à l’aveugle en pariant sur leurs ressentis.L’animation du Black Jack permet aux participants de casser les codes de la dégustation à l’aveugle en pariant sur leurs ressentis. - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)
Moins scolaire et plus ludique, le nouvel outil de communication l’interprofession affirme son objectif de démocratisation en prenant le virage numérique.

« En trente ans, l’école du vin est devenue un levier fondamental de la promotion des vins de Bordeaux » se réjouit Allan Sichel, le président du Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux (CIVB), inaugurant ce premier juillet les nouveaux locaux de l’outil marketing dans la capitale girondine. Servant d’incubateur à un enseignement ludique des vins bordelais, cette école anime un réseau de 250 formateurs présents dans 21 pays et accueillant 85 000 personnes dans le monde (45 % de professionnels et 55 % d’amateurs).

Pour accueillir les 5 à 6 000 personnes formées chaque année dans ses locaux du centre bordelais, l’école du vin vient d’achever d’importants travaux de rénovation de son accueil et de ses espaces (pour un budget de 170 000 €). Epurées et modernisées, les trois salles principales* ont été repensées pour proposer des ateliers de dégustations et de découvertes moins scolaires et davantage ludiques. La démocratisation de la culture des vins de Bordeaux passant par une approche « Montessori : être actif avec des jeux pour mieux apprendre et retenir » résume Stéphanie Barral, la directrice de l’école du vin.

"Tribunes de diffusion"

Cette approche pédagogique se double d’une prise en compte des nouvelles possibilités numériques. Avec des salles connectées de caméras vidéos et micros, « le présentiel ne fige pas la découverte des vins. Toutes les salles sont digitalisées et peuvent devenir des tribunes de diffusion et de formation dans le monde » explique Stéphanie Barral. « Cette démarche est unique pour augmenter l’accès au savoir et abolir les frontières. A Bordeaux, notre enjeu est de montrer, de donner envie d’aller plus loin avec un apprentissage qui donne des clés d’accès » conclut Allan Sichel.

 

* : Dont l’espace Denis Dubourdieu, en hommage au défunt enseignant chercheur d’œnologie.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé