LE FIL

Monde du vin

Miguel Torres lance un (nouvel) appel à la mobilisation contre le changement climatique

Jeudi 07 mars 2019 par Alexandre Abellan

Dans la succession des incendies, gelées et orages de grêle qui touche le vignoble mondial ces derniers millésimes, Miguel Torres voit l’effet du changement climatique.Dans la succession des incendies, gelées et orages de grêle qui touche le vignoble mondial ces derniers millésimes, Miguel Torres voit l’effet du changement climatique. - crédit photo : Climate Change Leadership 2019
Peinant à provoquer une prise de conscience environnementale en Espagne, le patriarche du groupe Torres tente désormais de fédérer internationalement.

Nul n'est prophète en son pays. N'ayant pas réussi à fédérer en Espagne, Miguel Torres lance l’International Association for Climate Action. « Savez-vous combien de bodegas j’ai réunies dans l’association [espagnole] Wineries for Climate Protection depuis son lancement en 2011 ? Vingt… » regrette le président du groupe ibérique Torres (qui préside également la Fédération Espagnole du Vin). Ce 6 mars à Porto, Miguel Torres n’a pu cacher son amertume, mais s’est vite montré combatif en confirmant le lancement de l’association internationale pour l’action climatique qui a été officiellement créée ce 28 février à Barcelone, avec le soutien du groupe californien Jackson Family.

-80 % de CO2 en 2045

Déjà évoqué lors du salon Vinexpo 2017 par Miguel Torres, le projet d’« union mondiale des vignobles pour réduire les émissions carbone » doit réunir des domaines du monde entier autour d’une volonté d’agir davantage contre le réchauffement climatique. Son objectif étant de dépasser le débat sur les conséquences viticoles d’une hausse des températures, pour réduire au maximum les émissions de gaz à effet de serre. La nouvelle association se donne ainsi comme premier objectif de réduire de 80 % leurs émissions de CO2* d’ici 2045.

Militant inlassablement pour une prise de conscience environnementale de la filière vin, Miguel Torres fait investir à son groupe familial 10 % de ses bénéfices dans des nouvelles énergies et des programmes de R&D. Depuis le lancement du programme Torres & Earth en 2007, cela représente tout de même 15,8 millions euros. Mais les résultats sont encore insuffisants pour Miguel Torres, qui estime que « le monde tel qu’il est actuellement n’est pas durable, il faut faire d’importants changements ».

 

* : Le bilan carbone étant calculé avec les consommations d’énergies fossiles du vignoble et du chai de la propriété, mais aussi de ses fournisseurs de matières premières et des transporteurs vers ses clients.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé