LE FIL

Tracteur, biocontrôle, capteur...

Trois nouveautés repérées pour vous sur le salon Med'Agri – Tech&Bio

Lundi 22 octobre 2018 par Juliette Cassagnes
Article mis à jour le 30/10/2018 09:52:39

Sabri-Agri a reçu une récompense pour ses tracteurs électriques Alpo, lors du salon Med'Agri - Tech & bio 2018Sabri-Agri a reçu une récompense pour ses tracteurs électriques Alpo, lors du salon Med'Agri - Tech & bio 2018 - crédit photo : J Cassagnes
La première édition du salon Med'Agri – Tech &bio s'est tenue du 16 au 18 octobre à Avignon. Le visiteur a pu y découvrir quelques nouveautés présentées par les exposants ; en voici trois.

Le constructeur Sabi Agri était présent pour dévoiler sa nouvelle offre de tracteurs électriques « Alpo », composée de trois engins : deux tracteurs interlignes, le « Basic », déjà présenté l'an dernier mais « amélioré », le « 4x4 », et le tout nouvel enjambeur, lui-aussi 4 roues motrices; ces deux derniers sont adaptés aux fortes pentes, jusqu'à 40%.

A LIRE AUSSI

Salon de plein air
Les surprises de Tech et Bio
Boitier magique
Karnott s’invite dans les vignes

Ces trois modèles ont en commun d'être légers (de 550 à 950 kg), d'avoir un centre de gravité très bas, leur conférant une « très bonne adhésion » ; ils se conduisent d'une simple manette, ont une autonomie de 8 heures de travail grâce à leur batterie au lithium, et ont un châssis configurable sur mesure. On peut y atteler des outils de catégorie « 1 », en trois points ou sur triangle d'attelage. Les tracteurs permettent d'assurer l'ensemble des travaux viticoles, y compris le passage d'outils rotatifs et la pulvérisation, grâce à une prise de force et une prise électrique, proposées en option. Leur vitesse d'avancement va de 0,2 à 12 km/h.

Les deux tracteurs interlignes ont un châssis dont la largeur peut aller de 100 à 200 cm. Ils sont manœuvrables en traction ou en propulsion, avec un poste de travail réversible. La version « Basic » dispose de 2 roues motrices avec électrofreins et comprend trois zones de travail : à l'avant, à l'arrière et au centre. Sa puissance est de 25 ch électrique. Il est vendu à partir de 30 000 €. Sur la version 4x4, deux zones de relevages ont été prévues : à l'avant et à l'arrière. Cette version est équipée de 4 roues motrices, dont 2 roues directrices avec électrofreins. Sa puissance est de 50 ch électriques et son poids de 800 kg. Il est vendu à partir de 50 000 €.

L'enjambeur, dont le premier modèle a tout juste été livré il y a quelques mois, a une hauteur de travail de 215 cm pour pouvoir passer au-dessus des vignes, et une voie de 140 cm. Il peut passer dans les rangs d'écartements supérieurs à un mètre. Il délivre une puissance de 50 ch et son poids est de 950 kg. Comme pour le précédent modèle, il dispose de 4 roues motrices, dont 2 directrices et équipées d'électrofreins. Les portes-outils sont installés au centre ou à l'arrière.

L'entreprise a reçu le 1er prix de l'innovation du concours organisé par le pôle de compétitivité Terralia lors du salon Med'Agri. L'enjambeur, vendu à partir de 60 000 €, devrait être visible lors du prochain salon Vinitech. En attendant, le voici en photo dans les vignes du Beaujolais:

Un nouvel anti-botrytis de biocontrôle

Agrauxine annonce le lancement d'un nouveau produit de biocontrôle anti-botrytis, qui devrait obtenir son homologation d'ici quelques semaines. Son nom de code : « ALD 1202 ». Il est constitué de levures vivantes déshydratées de type Saccharomyces cerevisiae, souche « LAS 02 ». « Cette souche a été sélectionnée pour ses bonnes capacités de colonisation et de multiplication », précise Thomas Roger, responsable commercial zone sud-ouest.

Elles agissent en effet contre le pathogène par compétition spatiale et nutritive et ont une action préventive en l'empêchant de s'installer. Si les raisins sont intacts, sans blessure, les populations de levures décroissent progressivement, faute de nourriture ; leur durée de vie est alors d'environ 14 jours. Si le biofongicide est appliqué sur des baies abimées ou perforées, elles vont pouvoir se nourrir des sucres, vivre et se multiplier de façon exponentielle. Les températures « idéales » pour son développement : entre 20° et 35°C. En cas de pluie après application, l'entreprise ne précise pas si le produit sera lessivable ou non, « l'information restant à vérifier ».

« Ce produit peut être intéressant pour les traitements en fin de cycle, à la véraison ou à maturité, explique le responsable. On peut par exemple l'employer pour remplacer le second traitement conventionnel en fin de cycle et éviter ainsi les risques de résidus ». Son coût : environ 60€/ha par application. Attention néanmoins à l'incompatibilité avec les autres fongicides comme le soufre, qui ne doit pas être appliqué dans la semaine qui précède l'application.

Les conséquences éventuelles de ce « traitement aux levures » sur les moûts et vins qui en découlent ont aussi été étudiées : « des vinifications ont été effectuées, avec des suivis des cinétiques de fermentation et des dégustations ; aucun impact n'a été constaté », précise Thomas Roger. Le biofongicide devrait avoir un DAR de 1 jour et un DRE de 6 heures. Le produit a une formulation de type WG; il ne nécessite pas de conditions particulières de stockage.

Un boitier connecté pour gérer son parc matériel

La start-up Samsys commercialise depuis mars 2018 des boitiers connectés. Ils se fixent et se branchent sur les machines agricoles ou viticoles et permettent, via une plateforme accessible sur smartphone, tablette ou ordinateur, de les géolocaliser, de suivre à distance leur activité, leur utilisation, mais aussi les consommations en fuel.

Un équipement qui peut être utile aux Cuma, ETA ou grosses propriétés disposant de plusieurs machines et ouvriers. « Un vigneron peut aussi s'en servir pour suivre le parcours de ses traitements et se rendre compte des éventuels rangs oubliés », ajoute Jonathan Lomel, son concepteur. Le boîtier est vendu 220€ HT et l'abonnement entre 100 et 150€/an.

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2018 - Tout droit réservé