Accueil / Viticulture / Les pépiniéristes à fond pour leur déploiement

Cépages résistants
Les pépiniéristes à fond pour leur déploiement

Les pépiniéristes et l'IFV mettent tout en oeuvre pour fournir le plus rapidement possible les viticulteurs en Resdur 1. Quelques variétés résistantes étrangères commencent à être diffusées.
Par Christelle Stef Le 09 octobre 2018
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Les pépiniéristes à fond pour leur déploiement
Le cépage Voltis fait partie des cépages résistants de la série des Resdur 1 - crédit photo : Inra
D

ébut 2018, le ministère de l’Agriculture a inscrit au catalogue les premiers cépages résistants au mildiou et à l’oïdium de l’Inra : artaban, vidoc, floréal et voltis (Resdur1). De nombreux viticulteurs veulent en planter. Les pépiniéristes et l’IFV sont dans les starting-block pour répondre à leur attente.

Du matériel standard pour aller plus vite

« Ce printemps, nous avons livré plus de 20 000 plants de base de ces variétés à 23 pépiniéristes afin qu’ils installent des vignes-mères de greffons », explique Pascal Bloy, le directeur du pôle matériel végétal de l’IFV. Comme elles produisent beaucoup de bois, certains pépiniéristes réaliseront des greffages dès cet hiver pour livrer les premiers plants certifiés en pot dès 2019 et les premiers greffés-soudés en 2020. C’est le cas des pépinières Mercier basée à Vix en Vendée. « Nous avons reçu 50 plants de base de chaque variété. Nous les avons mis en serre pour obtenir des greffons plus rapidement. Dès 2019, nous proposerons quelques milliers de plants certifiés », rapporte Olivier Zekri, responsable innovation et process chez Mercier.

En parallèle, l’IFV a prélevé des greffons dans ses parcelles expérimentales qu’il a fait greffer. Suite à cette opération, l’Institut vendra 160 à 180 000 plants standard en 2019. Leur prix : 2,10 €. Inutile de vouloir passer commande. « Ils sont déjà tous réservés », précise Pascal Bloy.

Des bons de commandes signés pour réserver

Pour les greffages 2019, l’IFV vendra des greffons aux pépiniéristes. « Nous devrions leur proposer entre 500 et 700 000 yeux permettant la production de 250 000 à 350 000 plants standard. Bien qu’il soit standard, ce matériel est primable. Il présente toutes les garanties sanitaires », explique Pascal Bloy. Vu la demande, la FFPV (Fédération française de la pépinière viticole) a mis en place une commission chargée de répartir équitablement les greffons entre les pépiniéristes. Pour en obtenir ceux-ci doivent lui fournir des bons de commande signés par les viticulteurs, avec une caution.

« Les viticulteurs qui veulent des plants pour 2020 doivent se manifester au plus vite », insiste Pierre-Denis Tourette, pépiniériste à Vogüé en Ardèche. La commission se prononcera en effet sur la distribution des greffons à la mi-décembre. « Elle restera en place tant que nécessaire », explique Giovanni Varelli, pépiniériste dans le Vaucluse et responsable de la commission.

Quel sera le prix de ces plants ? « Ca devrait tourner entre 2,10€ et 2,50€ en fonction de la catégorie (standard ou certifié) et les volumes », rapporte Olivier Zekri.

Les cépages étrangers déjà diffusés

En attendant les Resdur, certains pépiniéristes vendent déjà des cépages étrangers, parmi lesquels le muscaris et le souvignier gris, tous deux créés par l’institut de viticulture (WBI) de Freiburg en Allemagne. Selon FranceAgriMer, environ 200 000 plants de ces deux variétés ont été mis en œuvre cette année.

Les pépinières Tourette proposent ces deux cépages depuis l’an passé. « On a en vendu l’équivalent de 5 ha l’an passé. Mais cette année, faute de greffons, nous n’avons rien pu greffer. Pour 2019, nous attendons de voir si nos clients s’orientent vers ces cépages ou vers les Resdurs », explique Pierre-Denis Tourette. Le pépiniériste ardéchois a vendu ces plants 2,10 € contre 1,40 € les classiques. Un surcoût lié aux royalties qu’il verse à l’obtenteur.

A Montant dans le Tarn, les pépinières Daydé ont greffé sur commande, l’équivalent de 10 ha de souvignier gris avec des greffons certifiés. Les plants seront livrés en 2019. «  », explique Hubert Cros, des pépinières Daydé.

Mercier diffusera le Cal 6-04

Pour pallier ces difficultés d’approvisionnement et montrer aux viticulteurs comment se comportent le souvignier gris, le muscaris et le monarch, les pépinières du Comtat à Sarrians ont planté 1,2 ha de vignes mères de ces trois cépages cette année. « Dès cet hiver, nous pourrons y prélever des greffons pour élaborer des plants livrables en 2020 », se réjouit Jean-François Barnier qui a vendu un peu de souvignier gris, de muscaris et de monarch, à quelques viticulteurs à 2,10 € le plant, ce printemps.

Les pépinières Mercier ont également planté leur propre vigne-mères de souvignier gris et de muscaris. « Dès le printemps 2019, nous proposerons quelques dizaines de milliers de plants en pot et des greffés-soudés en 2020 », indique Olivier Zekri. Le pépiniériste Vendéen qui est reconnu comme établissement de sélection a également signé un partenariat avec l’obtenteur suisse Valentin Blattner. « Nous avons acquis des droits sur la variété Cal 6-04 qui est en cours d’inscription au catalogue français. Nous venons de planter 1000 pieds de vigne-mères à greffons », précise Olivier Zekri. L’ère des cépages résistants ne fait que commencer….

Succès pour le Soreli

Depuis son inscription au catalogue français, le Soreli connaît un franc succès. « Nous en avons vendu 70 000 plants sur la campagne 2017-2018 et nous visons 250 000 et 300 000 pour 2018-2019. La demande est très forte, notamment dans le Sud de la France mais aussi dans les nouvelles zones de plantation, comme en Ile de France », rapporte Loïc Breton, le directeur de VCR France, l’entreprise VCR qui commercialise ce cépage blanc obtenu par l’institut de génomique d’Udine en Italie. VCR vend ses plants autour de 2,50 € pièce. Un coût supérieur aux plants classiques liés au versement de royalties à l’université d’Udine et à la forte demande. Neuf autres variétés créées par cette université sont inscrites au catalogue italien et européen. VCR se mobilise pour les faire inscrire en France.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
vitijob.com, emploi vigne et vin
Charente - Alternance/Apprentissage
Seine-Saint-Denis - CDI
Ardèche / Drôme / Isère ... - CDI
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé