Accueil / / Le Clos Vougeot vous fait trinquer à la Madelon

La chanson des Poilus
Le Clos Vougeot vous fait trinquer à la Madelon

Refrain entêtant de la Der des Ders, la Madelon est remise dans son contexte d'instrumentalisation du vin par une exposition en Bourgogne.
Par Alexandre Abellan Le 11 août 2018
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Le Clos Vougeot vous fait trinquer à la Madelon
Associée à l’imagerie de la Grande Guerre, la Madelon était mise en scène en 1921, lors d’une fête de chasseurs au stade Pershing (bois de Vincenne). - crédit photo : Agence Rol (Archives BnF)
P

our le centenaire de la fin de la première guerre mondiale, le Clos Vougeot accueille l’exposition « le pinard des Poilus : quand la Madelon chantait ! », du 15 septembre prochain au 31 mars 2019. S’appuyant sur le livre le Pinard des Poilus de Christophe Lucand le parcours illustre l’importance stratégique du vin, utilisé moins comme aliment que comme instrument d’exaltation des troupes coincées au front. Mais l’exposition réussit à aborder le sujet avec une certaine gaîté, en s'appuyant sur la bande-son de l’époque. Car s’il était un tube pour que les comiques troupiers remontent le moral des tranchées, c’était bien La Madelon.

Aussi titrée Quand Madelon, cette chanson gaie est devenue « l’immortelle chanson des Poilus », traduite en Anglais, Danois, Espagnol, Italien, Suédois, Norvégien… Écrit par Louis Bousquet et mis en musique par Camille Robert en 1913, ce chant joyeux raconte la drôle d’histoire d’un régiment dont les soldats, « pour le repos, le plaisir du militaire », vont au cabaret où « la servante est jeune et gentille, légère comme un papillon. Comme son vin, son œil pétille, nous l'appelons la Madelon. » Les soldats compensent l’éloignement de leur fiancée dans les effleurages de la serveuse : « ce n'est que Madelon, mais pour nous c'est l’amour ». Cette passion collective pour la jeune femme monte à la tête d’un caporal qui la demande en mariage, mais se fait éconduire en un sourire : « tes amis vont venir. Tu n'auras pas ma main, j’en ai bien trop besoin pour leur verser du vin. »

Quand Madelon vient nous servir à boire

Chanson légère comme un verre sous les tonnelles, la Madelon reliait le vin consommé quotidiennement au front avec le souvenir d'un amour resté au pays. En faisant moins une chanson à boire qu'un hymne à l'espoir du retour à une vie civile loin de la brutale absurdité des tranchées. Pour percevoir cette gaîté teintée de mélancolie, cliquer ici pour écouter une version d'époque de la Madelon, avec un enregistrement militaire de 1927 interprété par Marcel Quintana. Un chanteur de la troupe du Chacal Hurlant (premier régiment des Zouaves), qui avait la Madelon dans son répertoire en 1914-1918.

À noter que l’histoire de cette chanson a été adaptée dans un film de Jean Boyer en 1955, avec Line Renaud dans le rôle-titre.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé