Accueil / Politique / Plus de prises de bec que de compromis entre antiphyto et interpro

Vignoble bordelais
Plus de prises de bec que de compromis entre antiphyto et interpro

Débattant depuis plusieurs mois pas communiqués de presse interposés, les associations environnementales et le CIVB se sont réunis pour une réunion de travail qui tenait davantage du face-à-face, en présence de la presse.
Par Alexandre Abellan Le 12 mars 2018
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Plus de prises de bec que de compromis entre antiphyto et interpro
« Est-ce que l’on peut être d’accord sur certains points ? » lance Bernard Farges ? « Nous arrivons avec plusieurs centimètres de propositions » rétorque Valérie Murat. - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)
C

’était couru d’avance, il y aura eu plus invectives que d’encouragements échangés lors de cette première réunion de travail du 9 mars sur les traitements phytosanitaires sous les lambris du premier étage du Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux (CIVB). « Je considère que nous partageons les mêmes objectifs, mais nos impératifs sont différents. Selon mon interprétation, vous mettez en exergue ce qui ne va pas, alors que notre besoin est d’embarquer l’ensemble de la filière » analyse Allan Sichel, le président du CIVB.

Ouvrant ainsi la réunion de travail où étaient invitées les activistes antiphytos Marie-Lys Bibeyran (Collectif Info Médoc Pesticides) et Valérie Murat (Alerte aux Toxiques !). Si le ciel couvert de ce vendredi après-midi est resté menaçant, les éclairs n’ont pas tardé à fuser sous le regard des journalistes conviés à arbitrer cet échange moins serein que musclé.

CMR

Exemple avec les produits Cancérigènes Mutagènes et Reprotoxiques (CMR). Tenant de modérer le débat dans le cadre de l’ordre du jour, Allan Sichel estime ainsi que « le CIVB préconise d’éviter totalement les CMR, mais n’a pas le pouvoir de les interdire. Notre discours, c’est de demander l’évitement. Ce qui se concrétise, avec une diminution de 55 % du recours aux CMR entre 2014 et 2016 en Gironde. »

Une démonstration des vertus de l’incitation qui ne convainc pas Valérie Murat. « Les bonnes intentions ne peuvent pas être suffisantes. Il faut planifier une sortie concrète sur trois ans. Vous pouvez conditionner le financement des groupes organiques à l’interdiction de CMR. Et inscrire le vignoble bordelais dans la conversion à la bio, la viticulture d’avenir. » L’activiste cite en exemple les chartes zéro CMR de Baron Philippe de Rothschild ou de la cave de Rauzan.

C’est une victoire

« Ce n’est pas par la contrainte que l’on y arrivera. Cela créerait des résistances. Dans deux à trois ans, le sujet des CMR sera derrière nous, les volumes seront anecdotiques. Ce que nous voulons vous faire admettre, c’est que le mouvement lancé est rapide et généralisé. C’est une victoire et vous y contribuez » pose Bernard Farges, le vice-président du CIVB. Le viticulteur bordelais veut croire qu’interprofession et antiphytos tendent à un objectif commun, mais suivent des moyens différents pour y arriver.

Estimant que les buts sont bien différents entre les deux parties, Marie-Lys Bibeyran juge que le CIVB a une attitude « criminelle » en ne durcissant pas les restrictions de traitements phytos à proximité des écoles. « Depuis Cash Impact, je reçois sans arrêt des appels de parents. Posez-vous la question de l’image des vins de Bordeaux » lance l’activiste médocaine.

Statu quo

« Notre rôle, c’est que tout le monde avance. Votre rôle, c’est de montrer ce qui ne va pas. Les compteurs montrent que cela fonctionne, mais il y a toujours des cas douloureux. La filière peut travailler pour y répondre, comme l’école de Saint-Genès du Lombaud l’an dernier » a rappelé Fabien Bova, le directeur du CIVB.

Les voix se haussant et les débits s’accélérant, le jeu de ping-pong a finalement duré deux heures et demie. Au terme desquelles les parties prenantes peuvent être satisfaites d’avoir pu exposer leurs arguments et points de vue, à défaut d’avoir pu convaincre ceux en face. La tension dépassant l’attention.

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (4)
Despreaux Corinne Le 13 mars 2018 à 06:47:32
La seule question que je pose à ces messieurs du CIVB est: Comment prétendre à la diminution de 55%du recours aux CMR entre 2014 et 2016 alors que dans les habitations des riverains (la mienne en fait partie),on en trouve? Certains sont même interdit depuis 2005!
Signaler ce contenu comme inapproprié
lochon Le 12 mars 2018 à 23:16:34
POUR VOUS LES JEUNES c'est de votre Santé qu'il s'agit !!!!!!!!!!!!! aujourd’hui l'espérance de vie est de 80 ans, mais les vieux de 80 ans qui décèdent de cancers ont été exposé que 30 années, début des produits chimiques, et les JEUNES de 30 ans ils ont déjà subi 30 années de pesticides et glyphosate, je ne sais pas si ils résisteront encore 50 ans ?????????????????????
Signaler ce contenu comme inapproprié
fabre henri Le 12 mars 2018 à 17:50:05
De toutes façon, dans moins de 10 ans, nous serons tous bio ...
Signaler ce contenu comme inapproprié
Philippe Le 12 mars 2018 à 15:44:28
Forcément en aménageant ainsi la salle, avec une table immense et en mettant 3,5 m de distance entre les interlocuteurs il ne pouvait y avoir que confrontation. Ce n'est pas pour rien qu'une table propice au dialogue s'appelle...une table ronde.
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé