Accueil / Commerce/Gestion / Des vins originaux comme marque de fabrique

Cave de Charnay-lès-Mâcon
Des vins originaux comme marque de fabrique

La petite cave coopérative de Charnay-lès-Mâcon (71) propose une large gamme de vins blancs du mâconnais, qu'elle veut « originaux » pour fidéliser ses clients. Mais elle peine parfois à satisfaire tout le monde, faute de volumes. Portrait d'entreprise.
Par Juliette Cassagnes Le 18 septembre 2017
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Des vins originaux comme marque de fabrique
Le conseil d'administration de la cave coopérative de Charnay-lès-Mâcon a modernisé son outil de production ses dernières années, pour produire des vins qualitatifs - crédit photo : Site internet cave
L

a coopérative de Charnay-lès-Mâcon, installée dans ce petit village de Saône–et–Loire, se distingue par sa petite taille, comparable à un « grand domaine viticole ». La surface viticole atteint 140 hectares, pour 70 adhérents. Mais cette caractéristique n’empêche pas la grande diversité de ses vins : elle propose une gamme très complète, constituée d’une vingtaine d’appellations du Beaujolais et de Bourgogne du sud, en rouges, rosés, blancs, et crémant, ce dernier se développant de plus en plus.

Sa réputation s’est surtout construite sur ses blancs tranquilles, qui semblent être devenus des valeurs sûres, telles que les appellations Mâcon, Saint-Véran, les « best sellers » de l’entreprise, mais aussi Viré-Clessé ou Pouilly-Fuissé. La raison de ce succès : « Notre stratégie est de proposer des vins originaux qui permettent de fidéliser nos clients finaux, parce qu’ils sont reconnaissables et qu’ils surprennent…C’est ce que nos clients nous témoignent ! », explique Pascal Perrin, son directeur.

La cave prend en effet soin, dans l’élaboration de chaque vin, d’y mettre « son coup de patte » afin de leur conférer « une typicité, qui est à chaque fois la traduction d’un terroir ». « S’il fallait résumer la cave de Charnay-lès-Mâcon en un mot, elle serait « l’orfèvre » des vins blancs de la Bourgogne du sud », résume celui-ci. D’importants investissements dans le chai et dans des équipements modernes ont aussi été effectués depuis les années 80, permettant l’amélioration de leur qualité.

Faire plus de vins sous notre étiquette

Confrontée à de petites récoltes et au succès commercial de certaines cuvées dont les volumes manquent, sa progression commerciale reste néanmoins difficile. L’une des réponses serait de parvenir à augmenter sa production grâce à l’achat de foncier supplémentaire dans les appellations concernées, mais les opportunités restent peu nombreuses. L’entreprise compte donc sur le recrutement de nouveaux adhérents, qu’elle envisage d’attirer par ses performances économiques et financières, bonnes mais surtout régulières.

Son ambition pour les années à venir : poursuivre sa stratégie de valorisation, « dans la durée », de ses produits, « sous son étiquette, pour être reconnue ». Certaines années, il arrive que l’entreprise vende jusqu’à la moitié de ses volumes en vrac au négoce, une part encore conséquente donc… Les cours des vins actuellement élevés n’aidant en effet pas à inverser la tendance.

L’objectif à terme reste pourtant d’accroître la vente directe en bouteilles, représentant 200 000 cols par an, au dépend du vrac, par l’intermédiaire du magasin de vente, des cavistes et distributeurs, ou encore du site internet. 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé