LE FIL

Reconversion professionnelle

Rémi Lamerat, du XV de France aux vins de Bordeaux

Dimanche 18 juin 2017 par Alexandre Abellan

« Je suis amateur de vins sans y connaître grand-chose » avance Rémi Lamerat. « Ne vous inquiétez pas, on ne fera pas une énième étiquette signée par un rugbyman » s’amuse Bertrand Ravache.« Je suis amateur de vins sans y connaître grand-chose » avance Rémi Lamerat. « Ne vous inquiétez pas, on ne fera pas une énième étiquette signée par un rugbyman » s’amuse Bertrand Ravache. - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)
Malgré une médiatisation/financiarisation croissante, le rugby reste bien éloigné du football. Preuve en est avec le centre clermontois, qui anticipe sa fin de carrière non pas avec de juteux contrats publicitaires, mais un BTS viti-oeno.

À la rentrée prochaine, le joueur Rémi Lamerat reprendra non seulement son sac de sport pour ses entraînements à l’ASM Clermont-Ferrand, mais aussi son cartable pour entamer des études par correspondance avec un BTS viti-oeno. À 27 ans, le jeune centre anticipe sa fin de carrière avec une maturité et une simplicité qui forcent le respect : « j’espère que ma carrière va encore durer longtemps (au moins cinq ans), mais on ne choisit pas toujours quand on l’arrête… » S’inspirant moins du parcours du négociant Gérard Bertrand (ex-Stade Français), que de la reconversion du pilier Christopher Poulain (ex-US Dax), qui, après un accident, est devenu maître de chai à Lalande-de-Pomerol, Rémi Lamerat se prépare à au moins quatre ans de cursus aménagé (espérant poursuivre sa carrière pendant cinq ans).

Atypique, cette démarche est soutenue par le négociant Bertrand Ravache, président de la maison éponyme (ex-Malet Roquefort), qui accueille le joueur sur son stand Vinexpo. Présenté avec le naturel de l’évidence, ce partenariat est ancré dans l’Entre-deux-Mers. Né à Sainte-Foy-la-Grande, Rémi Lanerat a fait ses classes rugbystiques dans le club local (le Stade Foyen), dont Bertrand Ravache est justement un dirigeant.

Websérie ludique

Jouant sur les parallèles entre vins et rugby (esprit d’équipe, convivialité, culture Sud-Ouest…), ce partenariat entre Bertrand Ravache et Rémi Lamerat se veut moins publicitaire que pédagogique. Jouant les ambassadeurs sur le salon, le joueur va être au centre d’une série de trois vidéos pour le négociant. Devant être tournée, cette websérie le mettra en scène dans sa découverte de la technicité du vignoble bordelais. « Ses questions permettront de désacraliser la dégustation de nos vins » explique Maria Deval, la responsable marketing de la maison Bertrand Ravache.

Ne cachant pas sa préférence pour le vignoble girondin face à celui auvergnat, Rémi Lamerat reconnaît avoir déjà été contacté par l’Union Bordeaux Bègles par le passé. Mais en attendant la fin de sa formation viticole, rien ne laisse présager un retour précoce en Gironde.

Fines bulles

À l’occasion de Vinexpo, Bertrand Ravache a dévoilé sa gamme de crémants de Bordeaux. « J’ai mis du temps à trouver le bon profil produit, avec une liqueur permettant une vraie dimension vineuse » explique le négociant. Se voulant haut-de-gamme, sa cuvée « l’Audace » est destinée à la grande distribution (PVC 9,90 €/col), ainsi qu’à la restauration.

Ayant pris l’actionnariat principal de la maison de négoce en 2011, Bertrand Ravache a commercialisé 5 millions de bouteilles pour 22 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2016.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2018 - Tout droit réservé