LE FIL

Stéphane Roy

« Il ne faut pas être fermés aux seuls intérêts de la viticulture »

Lundi 22 mai 2017 par Alexandre Abellan

« Le Business Plan, c’est la projection de notre vision dans l’avenir. Et de ce que nous voulons faire sur le terrain » estime, à l'usage, Stéphane Roy.
« Le Business Plan, c’est la projection de notre vision dans l’avenir. Et de ce que nous voulons faire sur le terrain » estime, à l'usage, Stéphane Roy. - crédit photo : UGVC/Christophe PETIT TESSON
Le président sortant de l'Union générale des viticulteurs de l'AOC Cognac fait le point sur son expérience et insiste sur la place incontournable de la production.

« Les mentalités ont changé. Avant, les viticulteurs charentais pouvaient penser que c’était le négoce qui contrôlait Cognac. Mais la viticulture a démontré qu'elle assure le co-leadership de la filière » se félicite Stéphane Roy, le président sortant de l’Union générale des viticulteurs pour l'AOC Cognac (UGVC). Ne se représentant pas à sa succession, le vigneron charentais veut pour preuve de cette gestion en bonne intelligence la mise en place réussie du Business Plan (il est vrai aidée par des marchés porteurs).

« L’UGVC est capable de peser sur les discussions et de représenter le vignoble » estime donc Stéphane Roy. Même si l’élu reconnaît que les positions de son syndicat sur certains pans du Business Plan ne sont pas toujours bien passées avec sa base. « Nous avons pris des décisions courageuses, qui n’étaient pas toujours en phase avec les viticulteurs. Les rendements ont pu sembler trop hauts, mais nous avons tracé un cap de long terme » plaide-t-il. Soulignant que lorsque le négoce se plaignait de manque d’eaux-de-vie, la production a su dire non aux hausses de contingents de nouvelles autorisations de plantation.

"Le vignoble charentais n’est pas jusqu’au-boutiste, mais uni et constructif"

« Notre logique est de prendre les décisions permettant d’assurer la pérennité de la filière dans son ensemble » revendique Stéphane Roy, entre tempérance et ouverture. « Il ne faut pas être fermé aux seuls intérêts de la viticulture. À chaque fois que le vignoble l’a fait, il y a eu une crise. Pour préserver la filière, il faut être ouvert. »

En forme de conseils à son successeur (qui sera élu le premier juin, après l’élection du nouveau conseil d’administration ce 24 mai), ces indications sont assorties de sujets prioritaires : le développement durable, la finalisation du statut de vignoble apte à la production d'eaux-de-vie sous indication géographique et le développement d’une assurance récolte spécifique à Cognac.

Tags : Cognac

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
CognacXO Le 23 mai 2017 à 00:20:58
Et bien...Il a fait un bon boulot, l'ami Stéphane en tant que Président de l'UGVC...En plus, il a su insuffler un peu de jeunesse au milieu de ces (vieux...) cadres du parti...Oups...je voulais dire, du Syndicat.... Car l'UGVC, c'est un très bon outil pour la viticulture cognaçaise...Ce syndicat a su fédérer cette viticulture régionale souvent dispersée, tres repliée sur elle meme, minée par cette mentalité de guerre des crus, tres hypocrite aussi (quand le voisin était en difficulté pendant les pires années de crise, on faisait tout pour l'enfoncer afin de lui racheter ses vignes....Bonjour la mentalité de cette époque...) et j'en passe et des meilleures... Aujourd'hui, les choses ont en parti changé (mais pas tout...Paris ne s'est pas fait en un jour...). Des jeunes sont arrivés avec des expériences acquises ailleurs, avec des qualifications plus importantes aussi (Fini les BEP-CAP, bonjour les BTS et plus...) et des idées nouvelles... comme Stéphane ROY... Et de ce fait, le viticulteur d'il y a trente ans, qui n'avait qu'une seule idée en tete : etre contre le négociant..et que le négociant prenait pour un plouc qui n'y connaissait rien....a été remplacé par un viticulteur moderne, qui sait gérer et suivre des dossiers, qui sait s'exprimer en public et qui sait discuter des décisions importantes.....et que les négociants de la place ont bien du mal a manoeuvrer en leur sens. Pour preuve, le NON affiché par la viticulture concernant la hausse des autorisations de plantations contre l'avis des négociants. Maintenant que Stéphane a droit a un peu de temps libre bien mérité, qui pour le remplacer?... J'espère qu'il sera jeune et dynamique et continuera sur la lancée de ce qui a été fait...En tout cas, les sujets ne vont pas manquer... Le seul sujet qui me parait loin d'etre prioritaire, c'est l'assurance récolte...étant donné que l'on a la réserve climatique pour ça....Pas la peine d'en donner de trop aux assureurs....
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé