Accueil / Viticulture / La piste du vinaigre explorée pour lutter contre le black-rot

Viticulture bio
La piste du vinaigre explorée pour lutter contre le black-rot

La Chambre d'Agriculture du Gard a testé en 2016 la possibilité d'utiliser le vinaigre dans la lutte contre le Black Rot. Les tests montrent qu'une dose de 1% d'acide acétique ne provoque pas de brûlure sur feuilles, mais l'efficacité du traitement reste à valider.
Par Michèle Trévoux Le 10 avril 2017
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
La piste du vinaigre explorée pour lutter contre le black-rot
- crédit photo : Michèle Trévoux
A

près les fortes attaques de Black-Rot de 2015 dans le Gard, chercheurs et techniciens se sont mobilisés pour trouver de nouvelles solutions pour lutter contre le champignon, notamment en bio où les moyens de lutte sont très restreints. C’est en se plongeant dans la littérature que Cyril Cassarini, de la Chambre d’agriculture du Gard, a retrouvé des travaux menés par Pierre Viala, de l’école d’agronomie de Montpellier, qui fut le premier à identifier cette maladie en 1883.Le chercheur montpelliérain avait démontré en laboratoire la capacité de l’acide acétique à détruire le champignon. Des essais ont donc été conduits en 2016 sur trois sites (Aimargues, Lecques, Aspères et Blauzac) et trois cépages particulièrement touchés par la maladie (Gewurztraminer, Grenache noir et Merlot) pour tester différentes concentrations de vinaigre et dépister d’éventuelles brûlures. Les résultats ont été présentés le 22 mars à Ferrals les Corbières,  lors de la journée technique « Viticulture Bio en Occitanie ». 

Le technicien a utilisé du vinaigre blanc bio titrant 10% vol. d’acide acétique. Il testé deux concentrations d’acide acétique  (1% soit 10l de vinaigre/hl et 2 % soit 20 l/hl), en association avec du soufre (6kg/ha) et du cuivre (300g/ha). Un essai d’acide acétique seul à 1% a été réalisé sur un rang de Merlot. L’expérimentation montre qu’à une concentration de 2%, le vinaigre provoque quelques brûlures sur feuilles. En revanche, la dose de 1% associée au cuivre et au soufre semble inoffensive. Il en est de même pour le vinaigre à 1% appliqué seul.

Des résultats à confirmer

Concernant l’efficacité du produit sur le champignon, les attaques plus modérées du black rot en 2016 n’ont pas permis de conclure. Seule la parcelle d’Aspère permet de tirer quelques enseignements. Sur ce site, une sortie massive du champignon a été observée sur feuilles début mai, suite à un événement pluvieux survenu début avril avant la première application (14 avril). Les symptômes sont identiques entre les rangées traitées et le témoin non traité. Il semble donc que le vinaigre ne permette pas de rattraper les contaminations. Sur l’attaque survenue fin mai, sur le témoin traité au soufre et au cuivre, la contamination est observée sur feuille et grappe  alors qu’avec  la modalité avec vinaigre soufre et cuivre, elle se limite aux feuilles.  Sur les autres parcelles, la sortie timide sur feuilles fin mai n’a pas permis de mettre en évidence de différence entre les traitements avec ou sans vinaigre. Le black rot s’est ensuite montré très discret tout le reste de la saison, alors que la pression mildiou a, elle, été très forte.

« Ces premiers tests mériteraient d’être poursuivis sous forme d’essai. Hélas, nous n’avons pas les financements pour les mettre en place en 2017 » a déploré Cyril Cassarini. Dommage.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé