LE FIL

Hors des sentiers battus

Le festival du rosé, un salon pro et décontracté

Lundi 20 février 2017 par Marion Sepeau Ivaldi

25 Français (dont la Loire et la Champagne) et 22 Italiens ont participé à Pink mais aussi d’autres nationalités : Espagne, Grèce, Bulgarie, Argentine, Roumanie
25 Français (dont la Loire et la Champagne) et 22 Italiens ont participé à Pink mais aussi d’autres nationalités : Espagne, Grèce, Bulgarie, Argentine, Roumanie - crédit photo : Marion Sepeau Ivaldi
C’est une toute nouvelle expérience de salon B to B que le Pink Festival proposait du 15 au 17 février à Cannes. Retour sur l’évènement.

Les marches n’étaient pas rouges mais roses pour ce Festival du Rosé qui s’est tenu à Cannes au Palais des Festivals et des Congrès du 15 au 17 février. Salon B to B lancé cette année, l’évènement a été conçu à partir d’une idée plutôt originale, celle « d’inviter des amis chez moi, parce qu’ils partagent un intérêt commun » explique Laurent Fiore, directeur de Beyond Exhibit, organisateur du Pink Festival. Et pour concrétiser cet objectif, le salon a cherché à créer une atmosphère de travail tout en décontraction et sophistication. À titre d’exemple, le café était en libre-service et chaque participant recevait un plateau-repas (dont le prix est compris dans la participation) de quoi permettre une pause repas pouvait se faire avec un exposant, ce qui change les relations. Des prestations qui comptent pour créer un esprit de convivialité. C’est d’ailleurs ce que plusieurs domaines ont relevé : le salon crée un contact de qualité avec les acheteurs. « J’ai pu rencontrer plusieurs fois les acheteurs durant la durée du salon, ce qui améliore la qualité de la relation » soulignait Corinne Pastourel, de la Cave La Fontesole.

Un bon plan de table

62 entreprises présentaient leurs vins rosés. 25 Français (dont la Loire et la Champagne) et 22 Italiens ont répondu présent mais aussi d’autres nationalités : Espagne, Grèce, Bulgarie, Argentine, Roumanie… Ces exposants ont été attirés par un concept clé en main du salon : outre la location d'un stand, Pink comprend aussi des rendez-vous d’affaires. Deux formules étaient au choix : soit 8 rendez-vous, soit 16 (2 950 euros pour la première offre, 3 950 pour la seconde). 48 acheteurs de 16 nationalités ont été sélectionnés de manière très pointilleuse. Puis tous les participants ont reçu leur planning de rendez-vous, ce qui revient à trouver « le bon plan de table » souligne Laurent Fiore. « Producteurs et acheteurs doivent répondre à un questionnaire précis de manière à ce que nous connaissions parfaitement leurs attentes » complète Valérie Astier de Beyond Exhibit.

Pink Festival a également organisé plusieurs Master Class et un espace de libre dégustation (une cuvée par exposant pour l’offre de base). Il a été marqué par le lancement du « Ile de Rosé », IGP Ile de Beauté, projet porté par quatre coopératives corses. Mais ce qui a particulièrement ravi les exposants, ce sont les Pink Awards, remis dans lors d’une soirée au Palais des festivals. Cinq chefs cannois étoilés ont proposé un plat. Les exposants choisissaient un vin qui leur paraissait le mieux convenir pour un accord mets et vin. De quoi faire sortir le rosé de son ambiance barbecue pour rejoindre l’argenterie et démontrer (s’il était encore nécessaire) que la couleur peut également embellir les plus fines tables.

 

 

Tags : Pink salon Rosés

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé