LE FIL

Salon

Vinexpo Hong Kong, indicateur du tonus des marchés asiatiques

Vendredi 27 mai 2016 par Alexandre Abellan

Vinexpo Hong-Kong s’est tenu du 24 au 26 mai. Les prochains salons professionnels dédiés aux vins de Congrès et Expositions de Bordeaux auront lieu à Tokyo (15-16 novembre 2016) et Bordeaux (18-21 juin 2017).
Vinexpo Hong-Kong s’est tenu du 24 au 26 mai. Les prochains salons professionnels dédiés aux vins de Congrès et Expositions de Bordeaux auront lieu à Tokyo (15-16 novembre 2016) et Bordeaux (18-21 juin 2017). - crédit photo : CEB
La septième édition du salon asiatique est marquée par une effervescence dans le moral de ses marchés qui s'accompagne d'une très légère hausse de l'affluence.

Avec 17 000 visiteurs accueillis sur trois jours, le salon Vinexpo Hong Kong se flatte d’avoir atteint son objectif, la quasi-stabilité par rapport à l’édition 2014 (16 800 professionnels, +0,7 %). Dans leur communiqué de clôture, les organisateurs se félicitent surtout de voir bondir de 9 % la part de visiteurs de la Chine continentale, devenue la première zone d’origine des visiteurs du salon. Hong Kong arrive en deuxième place, suivi par Taïwan, la Corée du Sud, le Japon, Singapour, la Thaïland, le Vietnam, la Malaisie, les Philippines… « Avec un rebond de la Chine, le cinquième plus grand marché du vin dans le monde, ainsi qu’une présence dynamique de l’ensemble de la zone Asie-Pacifique, les exposants et les acheteurs étaient d’humeur primesautière », résume l’équipe de Vinexpo.

Hub logistique des vins en Asie, Hong Kong est un marché majeur pour les vins français. En 2015, les expéditions hexagonales s'y sont élevées à 1,26 milliard d’euros, comme l’a souligné Matthias Fekl, le secrétaire d’Etat au Commerce extérieur, lors de sa visite officielle du salon. Le dynamisme de cette plaque tournante n’a pas échappé aux organisateurs de Prowein, qui poursuivent leur stratégie agressive de développement en y annonçant pour 2017 un salon Prowine Asia (cliquer ici pour en savoir plus).

Chine : entre reprise et réinvention

Loin d'être un marché mûr, la Chine voit la relance quantitative de ses circuits de distribution s'accompagner d'une forte évolution qualitative. « Il y a quelques années, le vins les plus faciles à vendre étaient les plus chers, suivis des moins chers. Aujourd’hui, tout a changé. La Chine a besoin de bons vins à des prix raisonnables », constate John H. Isaacs, le PDG de la revue Enjoy Gourmet (cliquer ici pour en savoir plus).

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé