LE FIL

Lobbying viticole

Bernard Farges préside la Fédération Européenne des Vins d’Origine (EFOW)

Jeudi 14 janvier 2016 par Alexandre Abellan

Viticulteur de l'Entre-deux-Mers, Bernard Farges préside la CNAOC et l'inteprofession des vins bordelais (ici à l'assemblée générale girondine de décembre 2015).
Viticulteur de l'Entre-deux-Mers, Bernard Farges préside la CNAOC et l'inteprofession des vins bordelais (ici à l'assemblée générale girondine de décembre 2015). - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)
Bras armé des revendications d'AOC viticoles devant les instances européennes, EFOW est actuellement vigilante sur les dossiers communautaires de simplifications administratives, d'accords de libre échange et de gestion d'internet.

Succédant au vigneron italien Riccardo Ricci Curbastro, le viticulteur girondin Bernard Farges vient d’être élu à la présidence de l’European Federation of Origin Wines (EFOW). Calant son pas dans celui de son prédécesseur, il maintient la mobilisation « sur les soi-disant simplifications des règlements en cours » annoncées par la Commission Européenne sur les indications géographiques. Et à l’heure des négociations d’accord de libre échange avec les Etats-Unis et le Japon, « il est fondamental que les institutions européennes continuent à miser sur la qualité et sur les Indications Géographiques » pose Bernard Farges, qui enjoint la Commission Européenne à ne « pas se limiter à négocier l’élimination de tarifs […], il ne faut pas oublier que la compétitivité du secteur provient de ce savoir-faire spécifique et de cette approche qualitative ».

Fondée en 2010, EFOW est la cheville ouvrière du lobbying viticole à Bruxelles. Mobilisée pour la réforme européenne du système des droits de plantation (devenu celui des autorisations de plantation), elle a également donné de la voix sur la gestion des extensions internet en .vin et .wine (dont la première vague de mise à disposition s'achève actuellement).  « L’Internet sera probablement notre plus grand marché dans les années à venir » prévoit d’ailleurs Bernard Farges, annonçant que « les institutions doivent sérieusement s’engager pour une stratégie spécifique aux IG sur le net, où nous risquons de voir se développer des phénomènes de contrefaçon et cyber-squatting ».

Réélu pour trois ans à la présidence de la Confédération Nationale des producteurs de vins à AOC (CNAOC) en 2015, Bernad Farges achève l’été prochain son mandat de président du Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux (CIVB).

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé