LE FIL

Crus clashés

Le classement de Saint-Émilion confirmé par la justice

Lundi 21 décembre 2015 par Alexandre Abellan

Le Tribunal Administratif de Bordeaux.
Le Tribunal Administratif de Bordeaux. - crédit photo : Ministère de la Justice
Le tribunal administratif vient de trancher : l’édition 2012 du classement des grands crus de Saint-Émilion reste valide. Un soulagement pour ses 82 crus classés, un camouflet pour les trois domaines plaignants. Qui n’ont cependant pas dit leur dernier mot.
Ravivée l’an dernier par l’enquête VinoBusiness de la journaliste Isabelle Saporta, la bataille du classement des vins de Saint-Émilion vient de quitter sa discrétion naturelle pour revenir sur le devant de la scène. Après l’audience des parties, le 8 décembre, le tribunal administratif de Bordeaux a validé, le 18 décembre, le cahier des charges ayant conduit au classement arrêté en 2012.
Ce jugement « confirme la validité de la démarche suivie, la fiabilité des procédures mises en place et la rigueur avec laquelle elles ont été appliquées », explique un communiqué de l’Institut national de l’origine et de la qualité (Inao), qui souligne notamment, dans le jugement, « la légalité de la procédure d’élaboration du règlement de classement et la qualité des travaux de la commission ».
Mais la saga de ce litige n’est pas encore arrivée à son terme, les trois propriétés plaignantes pouvant faire appel de la décision administrative. Les châteaux Corbin-Michotte et Croque-Michotte ont confirmé leur volonté de ne pas en rester là, tandis que le château la Tour du Pin Figeac n’a pas encore fait connaître sa position. Critiquant un déclassement injuste, les plaignants dénoncent des grilles de notation partiales dans les nouvelles procédures mises en place pour la révision de 2012.

Ce sixième classement des crus de Saint-Émilion a été promulgué par un arrêté du ministère de l’Agriculture le 29 octobre 2012. Cette liste avait fait suite à dix mois de travaux d’une commission de refonte du cahier des charges. Comme le rappelle le Syndicat viticole de Saint-Émilion, « ce changement fait suite aux turbulences suscitées par la publication du classement de 2006. Attaqué par certains candidats non retenus, le tribunal administratif suspend son homologation. Il sera rétabli quelques mois plus tard par le Conseil d’État ».

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé