Accueil / Viticulture / Nouvelles restrictions pour le traitements des vignes proches des résidents
Nouvelles restrictions pour le traitements des vignes proches des résidents
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

DSPPR
Nouvelles restrictions pour le traitements des vignes proches des résidents

L’Anses attribue aux produits nouvellement homologués une distance de sécurité qu'il ne sera pas possible de réduire même si l'on est équipé d'un pulvérisateur qui fait peu de dérive. Le biocontrôle est également concerné.
Par Marion Bazireau et Christelle Stef Le 24 janvier 2023
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Nouvelles restrictions pour le traitements des vignes proches des résidents
Avec cette nouvelle réglementation, que le vigneron utilise un aéroconvecteur ou un panneau récupérateur, il aura la même distance à respecter. - crédit photo : Cédric Faimali
L

es produits nouvellement homologués ou réhomologués se voient désormais attribuer une DSPPR (Distance de sécurité pour les personnes présentes et les résidents) à la place de la DSR (Distance de sécurité riverain).

Simple coquetterie de langage ? Non. La différence – et elle est importante- est que la DSPPR est incompressible. Même équipé d’un pulvérisateur qui fait peu de dérive, le vigneron ne pourra pas réduire cette distance.

Cette distance figure sur les AMM (Autorisation de mise sur le marché) délivrées depuis début 2019 par l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail).

Les produits de biocontrôle n’y échappent pas, comme le Vitisan qui se voit doté pour la vigne d’une DSPPR « d'au moins 10 mètres entre le dernier rang traité et l'espace fréquenté par les personnes présentes lors du traitement ; l'espace susceptible d'être fréquenté par des résidents », d’après le site E-phy de l’Anses. Idem pour des soufres comme Startup/Lucifere qui se voient eux aussi flanqués d'une DSPPR de 10 m incompressible.

« Nous avons reçu notre AMM quelques mois après le changement de réglementation. Notre service homologation n’a rien pu faire pour débloquer la situation » regrette Phyteurop, dénonçant la distorsion de concurrence avec les soufres qui n’ont pas encore été réévaluées par l’Agence.

Quid de la liste des pulvérisateurs homologués pour réduire la dérive, qui ne cesse de s’allonger ? Ingénieur agroéquipements à l’Unité Mixte Technologique ECOTECH (IFV-INRAE-CTIFL) de Montpellier (Hérault), Adrien Vergès craint qu’elle ne devienne rapidement obsolète.

Aéroconvecteur, panneau récupérateur ?

Même combat ! « Avec cette nouvelle réglementation, que le vigneron utilise un aéroconvecteur ou un panneau récupérateur, il aura la même distance à respecter. Or traiter avec un aéroconvecteur à 10 m des habitations, c'est plus de dérive qu’un panneau à 5 m ou même à 3 m. Ce choix réglementaire sera déterminant dans l'impulsion donnée ou non au renouvellement du parc pulvé, ce qui reste le levier primordial pour limiter globalement la dérive », regrette l'ingénieur.

Attendez quand même avant de jeter cette liste. L’Anses précise que pour certains produits les DSPPR peuvent même être assortie d'une obligation d'utiliser un appareil permettant de réduire la dérive de 50 %... Elle peut donc encore servir.

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (5)
Louseb84 Le 26 janvier 2023 à 09:47:25
Les ONG vendeuses de peurs pour promouvoir une certaine agriculture ce prennent le retour de bâton auxquels elles ont droit, je regrette juste d'avoir vu juste quand à la mise en place de ces ZNT je disais que même en biocontrôle on y serait soumis à cours terme... Pour ces distances de "sécurité", une idée comme ça en l'air mais ne serait il pas intéressant d'envisager l'obligation d'achat de cette bande par les promoteurs aux même tarif que la partie à bâtir qu'ils convoitent avec interdiction de l'inclure dans les lots constructible.? Partie non exploitable de réserve qui serait ré inclu dans la vente de la prochaine extension aux mêmes prix que celui d'achat initial...!!
Signaler ce contenu comme inapproprié
Renaud Le 24 janvier 2023 à 19:31:07
Vive le respect de la biodiversité et le respect des promeneurs. Mais quid de celui qui n?a pas le droit de travailler comme il peut chez lui au profit des oisifs?.. les chasseurs ont plus de droits sur les propriétés des autres que les vignerons chez eux. Triste avenir que le notre ?.
Signaler ce contenu comme inapproprié
AS Le 24 janvier 2023 à 18:06:43
aujourd hui les décideurs donnent des permis à lotir et après il faut que vignes dégagent pourquoi pas faire le contraire de faire reculer les constructions de 50m????? JE POSE JUSTE UNE PETITE QUESTION
Signaler ce contenu comme inapproprié
VignerondeRions Le 24 janvier 2023 à 12:21:35
S'il faut une distance de 10m minimum, finançons collectivement un arrachage des surfaces concernées sur une partie ou la totalité de la parcelles pour les parcelles enclavées. Si c'est d'intérêt public, le financement doit être public.
Signaler ce contenu comme inapproprié
Charles-Antoine Truchon Le 24 janvier 2023 à 12:21:30
Ce n'est pas la seule différence : en plus des habitations, la DSPPR s'applique aussi en cas de personnes présentes à proximité lors du traitement (travailleurs dans la parcelle voisines, promeneurs, ...).
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2023 - Tout droit réservé