Accueil / Viticulture / Faute de main-d'oeuvre, la pose du palissage dans les vignes s'externalise
Faute de main-d'oeuvre, la pose du palissage dans les vignes s'externalise
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Prestation de services
Faute de main-d'oeuvre, la pose du palissage dans les vignes s'externalise

Conséquence de la pénurie de main-d’œuvre, la pose du palissage en prestation de services progresse. Trois opérateurs détaillent leur offre et leur expertise du sujet.
Par Michèle Trévoux Le 23 janvier 2023
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
 Faute de main-d'oeuvre, la pose du palissage dans les vignes s'externalise
Pose d'un palissage par la société Vitigad. "Nous avons de plus en plus de demandes, notamment des grosses et moyennes structures. À partir de mi-février, nous refusons un à deux chantiers par jour », confie Mickaël Gadiou, qui a fondé en 2017 la société Vitigad, à Cabrières, dans le Gard. - crédit photo : DR
G

ourmande en temps de travail, la pose du palissage est une tâche qui s’externalise. « Les domaines ont du mal à trouver de la main-d’œuvre. Nous avons de plus en plus de demandes, notamment des grosses et moyennes structures. À partir de mi-février, nous refusons un à deux chantiers par jour », confie Mickaël Gadiou, fondateur en 2017 de la société Vitigad, à Cabrières, dans le Gard.

Pose de 100 à 150 ha de palissage par an pour Vitigad

Cette entreprise intervient dans toute la France, mais son cœur d’activité se situe en Languedoc-Roussillon et dans la vallée du Rhône. Elle pose 100 à 150 ha de palissage par an. À la suite du rachat de la SAS Burguière, à Puisserguier (Hérault), elle étend son activité à la plantation.

« Nous proposons soit une offre globale, incluant la fourniture de piquets, fils de fer et autre matériel de palissage, soit une intervention à la carte qui peut se limiter à la pose des piquets, détaille Mickaël Gadiou. Dans tous les cas, nous commençons par une visite sur le terrain pour étudier la parcelle et apporter un conseil personnalisé. L’objectif est de supprimer toute maintenance du palissage, qui est chronophage. Lorsque le palissage est bien installé avec des matériaux de qualité, le viticulteur est tranquille pendant la durée de vie de la parcelle. » L'entreprise Vitigad est équipée d’une machine avec guidage GPS. Elle travaille sur un prototype plus adapté aux vignes étroites et en coteaux.

Vitisat a une longueur d'avance

Autre acteur important du secteur, la société Vitisat, basée à Orange, a une longueur d’avance. Créée dès 2004 par Olivier Augier, elle propose de longue date la plantation et le palissage et installe ainsi 900 à 1 000 ha de palissage par an. « Nos clients sont des châteaux, des domaines ou des investisseurs qui externalisent la plantation et le palissage », décrit le fondateur.

Vitisat a commencé avec une machine dotée d'un guidage GPS. Elle en possède aujourd’hui neuf et planche sur la robotisation tant de la plantation que du palissage. Elle teste actuellement un prototype pour la plantation qui devrait être au point en fin d’année. Pour le palissage, ce sera pour fin 2024. « L’idée, c’est de limiter le tassement du sol consécutif au passage du tracteur et de diminuer la pénibilité de ces travaux », explique le dirigeant.

Des installations plus solides

Pour Olivier Augier, « la qualité du palissage progresse. Mes clients veulent des installations plus solides pour résister aux intempéries et à la mécanisation. Autrefois, on utilisait des piquets de 1,5 mm d’épaisseur, aujourd'hui c’est plutôt de 1,8 à 2 mm. Et les piquets sont enfouis plus profondément : en vingt ans, on est passé de 50 à 65-70 cm ». Olivier Augier estime également que ses chantiers préparent le terrain à la robotisation des travaux viticoles qui va s’accélérer en raison du manque de main-d’œuvre. Les piquets étant parfaitement alignés, les robots travailleront plus facilement dans les vignes.

Le palissage représente désormais 50 % de l'activité d'Ecosat

Initialement pépiniériste dans la région bordelaise, Thierry Duvigneau-Lobre s’est diversifié en créant la société Ecosat, spécialisée dans la plantation et le palissage. L’entreprise possède quinze machines à planter et onze minipelles pour le palissage. « La demande pour la pose de palissage augmente. Il y a dix ans, cela représentait 20 % de mon activité, aujourd’hui, c’est 50 %. J'installe du palissage sur 300 à 400 ha par an », précise-t-il.

Thierry Duvigneau-Lobre a conçu lui-même son équipement de pose du palissage. Il utilise une machine qui transporte et plante les piquets et qui déroule jusqu’à douze rouleaux de fils de fer à la fois. Un marteau vibrant a été installé avec une cloche pour enfoncer les piquets sur deux rangs de vigne en simultané. Avec ce matériel, il plante jusqu’à 500 piquets par jour. Le dirigeant travaille lui aussi à la robotisation de son équipement. Un projet est à l’étude et devrait être opérationnel fin 2024.

Attention au choix des fournitures et à la préparation du sol

Aucun de ces prestataires n’apporte de garantie quant à la qualité de la pose. Selon eux, l’essentiel des problèmes qui peuvent survenir est lié au choix des fournitures ou à des sols insuffisamment préparés. « J’ai été amené à refuser des chantiers quand je ne partageais pas les choix du viticulteur. Planter des piquets de 1,60 m à 40 cm de profondeur, je sais que ça ne va pas tenir, je préfère alors ne pas intervenir », confie Olivier Augier. Mickaël Gadiou a, lui, banni deux marques de piquets en galvanisé, dont il sait qu’ils se déforment. Malgré toutes ces précautions, en cas de problème, les trois entrepreneurs échangent avec leurs clients pour proposer des solutions. « Le palissage, on fait ça tous les jours. On apporte notre expérience et notre technicité aux viticulteurs qui, eux, doivent être polyvalents », estiment-ils.

Un coût de 2 000 à 5 000 €/ha

Le coût de la pose du palissage est évidemment dépendant de la densité de plantation, du type du sol et du service demandé. Chez Vitigad, une installation complète (relevé topographique, distribution, plantation de piquets, déroulage, relevage et mise sous tension des fils) avoisine les 5 000 €/ha pour 4 500 à 5 000 pieds/ha. Chez Vitisat, Olivier Augier annonce une fourchette allant du simple au double : de 2 000 à 4 000 €/ha, voire 5 000 € pour les plus hautes densités avec la pose de 7 fils. Thierry Duvigneau-Lobre chiffre à environ 3 000 €/ha le palissage complet d’un hectare de vigne à 4 000 pieds/ha. Tous ces tarifs sont indicatifs, chaque demande faisant l’objet d’un devis personnalisé tenant compte des spécificités de chaque parcelle.

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2023 - Tout droit réservé