Accueil / Viticulture / "Possibles" pénuries d’engrais minéraux azoté selon Yara
"Possibles" pénuries d’engrais minéraux azoté selon Yara
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Fertilisation
"Possibles" pénuries d’engrais minéraux azoté selon Yara

Pour Yara, le leader mondial de la production d’engrais minéraux azoté, le risque de pénurie n’est pas exclu.
Par Christelle Stef Le 22 septembre 2022
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Nicolas Broutin, le président de Yara France et Delphine Guey, directrice de la communication - crédit photo : Christelle Stef
N

icolas Broutin, le président de Yara France, la filiale française du groupe Norvégien a expliqué ce 20 septembre lors d’un point presse que des ruptures d’approvisionnement en engrais minéraux azoté n’étaient pas exclues. En cause la flambée du prix du gaz (+341 % d’augmentation entre 2021 et 2022) qui pèse 90 % des coûts de production de l’ammoniac, molécule de base à la fabrication des engrais minéraux azotés.

« Il est de plus en plus difficile de produire de l’ammoniac en Europe », a insisté Nicolas Broutin. Et aujourd’hui produire une tonne d’ammoniac revient à 2 500 dollars la tonne quand elle en vaut 1 300 dollars sur le marché. « Le fabriquer revient deux fois plus cher que de l’acheter. Depuis août, nous avons stoppé la fabrication de l’ammoniac en Europe. Pour Yara, 65 % de nos capacités de production sont à l’arrêt pour une durée indéterminée », a-t-il expliqué. Pour autant, les deux usines françaises du groupe (celle d’Ambès en Gironde et celle de Montoir-de-Bretagne en Loire Atlantique) qui fabriquent des engrais azotés tournent à « 100 % de leur capacité », car elles importent l’ammoniac d’Amérique du Nord, de Trinidad et d’Australie. Mais la France importe 60 % des engrais azotés dont elle a besoin. Le risque de pénurie n’est donc pas à exclure. Sans compter que l’entreprise subit problèmes logistiques en raison de « difficultés à trouver des camions pour acheminer les produits vers les agriculteurs », a expliqué Nicolas Broutin.

Yara rassurant pour l'Adblue

En revanche pour l’Adblue, un additif pour les carburants dont la fabrication nécessite également de l’ammoniac, Yara s’est montré rassurant. L’entreprise dispose en effet de « plusieurs unités de production », notamment dans son usine du Havre et « d’un réseau de distribution parmi les plus développé ».

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé