Accueil / Viticulture / Des bateaux transformés en cuve de stockage des effluents phytos
Des bateaux transformés en cuve de stockage des effluents phytos
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Economie circulaire
Des bateaux transformés en cuve de stockage des effluents phytos

Vento-Sol récupère d’anciens bateaux de plaisance, les transforme en cuves de stockage équipées de système de ventilation des effluents phytosanitaires, et fait faire des économies à ses clients vignerons et agriculteurs.
Par Marion Bazireau Le 30 août 2022
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Des bateaux transformés en cuve de stockage des effluents phytos
Le bateau peut être équipé d'une voile permettant aux agriculteurs et vignerons de communiquer sur leur bonne gestion des effluents. - crédit photo : Vento-Sol
«

Lors du premier confinement de 2020, en cherchant une remorque plateau sur LeBonCoin pour transporter mes cuves, je me suis rendu compte que plein de gens vendaient des remorques pour bateau et donnaient le bateau avec » décrit Nicola Vento, gérant de Ventosol, spécialiste traitement des eaux de lavage des pulvérisateurs.

Découvrant aussi de nombreuses annonces de dons de bateaux de plaisance, il a l’idée de les utiliser comme cuves de stockage des effluents phytos. « J’ai contacté la société Batho basée à Nantes spécialisée dans la transformation de bateaux en logements de loisirs, type mobil-homes, et j’ai sollicité l’Aper, un éco-organisme spécialisé dans la déconstruction des bateaux ayant pour objectif d’en démonter 25 000 d’ici 5 ans, prêt à m’aider à trouver les modèles répondant aux besoins de chaque exploitation » poursuit le gérant.

30 à 60% moins cher qu’un une cuve en acier

Nicola Vento s’est ensuite assuré que cette solution respectait bien le code de l’environnement. « Le stockage de matières dangereuses doit se faire en double paroi. Nous l’avions avec la coque et la cabine. Les bateaux sont par ailleurs conçus en résine polyester et n’ont aucun problème de compatibilité chimique avec les pesticides. Enfin, chaque bateau sera analysé par un prestataire. S’il le faut, nous le renforcerons afin de garantir sa résistance au stockage d’eau ».

Convaincu par la faisabilité technique de son projet, Nicola Vento a demandé à Batho de lui établir un devis pour l’aménagement d’un bateau de 6,2 mètres de long et de 1,3 de large, « équivalent à une cuve de 4 000 litres avec 5 m² de surface, permettant par exemple dans la région de Montpellier d’évaporer de 7 à 8 000 litres par an pour un coût 30 à 60 % inférieur à une cuve en acier de même capacité  ». Selon la localisation de leurs clients, modèles pourront également être transformés à Castres.

Support de communication

Baptisé « Ecobang Navy », le bateau peut être laissé hors sol ou semi enterré, à la demande. « Il peut aussi être équipé d'une fausse voile permettant aux agriculteurs et vignerons de communiquer sur leur bonne gestion des effluents ou de mettre en avant leur certification Haute Valeur Environnementale (HVE) ou bio ».

Avec cette trouvaille, Vento-Sol continue à favoriser l’économie circulaire. « A la création de la société, nous avons fait en sorte que nos kits de ventilation Ecobang s’installent sur des cuves existantes standards en plastique standards. Nous avons depuis développé des systèmes s’installant sur différentes cuves de stockage de vin en acier non utilisées pour évaporer de plus gros volumes d’effluents, et nous pouvons aussi équiper des cuves en béton ou des fosses enterrées » conclut Nicola Vento.

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2023 - Tout droit réservé