Accueil / Viticulture / Jachères mellifères et engrais verts pour les vignobles Henri Maire
Jachères mellifères et engrais verts pour les vignobles Henri Maire
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Jura
Jachères mellifères et engrais verts pour les vignobles Henri Maire

Le domaine jurassien généralise le semis de plantes propices aux abeilles en particulier et à la biodiversité en général.
Par Alexandre Abellan Le 30 mai 2022
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Jachères mellifères et engrais verts pour les vignobles Henri Maire
Les domaines Henri Maire se sont dotés d’une ruche. - crédit photo : Domaine Henri Maire
«

 Le but est de ne plus laisser de sols nus hors des cultures » résume Sébastien Aubert, l’adjoint au chef d’exploitation du domaine Maire & fils dans le Jura. Avec 300 hectares de vignes, la propriété arrache en moyenne 5 hectares de vignoble par an, pour en replanter autant. Durant les 2 à 6 ans de jachère, les domaines Henri Maire veulent mettre en place des couverts mellifères, avec une action d’engrais verts. Lancé depuis deux ans, en partenariat avec la fédération de la chasse d’Arbois (qui fournit et subventionne la moitié du coût des semences), ce projet se déploie actuellement avec des semis de trèfle et luzerne (à 590 euros par hectare).

Si le vignoble manque encore de recul, « ça doit être positif pour la biodiversité » indique à Vitisphere Sébastien Aubert, qui note l’impact paysager de ces jachères fleuries : « au lieu d’avoir un enherbement naturel plus ou moins important, là c’est plus propre ». Semant un rang sur deux avec du raygrass et du trèfle sur les plantations, Sébastien Aubert envisage de semer des engrais verts sur les rangs travaillés pour limiter l’érosion.

Pas de freins particuliers

La Fédération de chasse du Jura « aimerait bien voir d’autres structures ou acteurs des mondes agricole et apicole s’impliquer dans ce projet, qui, selon elle, ne comporte pas de freins particuliers (excepté le risque, mineur, de développement de maladies comme la flavescence dorée) » indique un dossier de presse de la FNSEA.

 

 

 

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (1)
VignerondeRions Le 31 mai 2022 à 06:15:19
"Ça doit être positif... " Rien n'est moins sûr, les surfaces Agricole consacrées à faire de la semence, ne se cultivent pas toute seule. L'interventionnisme pour se donner bonne conscience ne me paraît pas être une bonne solution. L'enherbement naturel fait peut être "moins propre" mais il est adapté puisque spontané. Décidément les agronomes ne peuvent pas concevoir que la nature a existé avant eux et existera après eux.
Signaler ce contenu comme inapproprié
vitijob.com, emploi vigne et vin
Charente / Charente-Maritime / Deux-Sèvres ... - CDI
Côte-d'Or - Alternance/Apprentissage
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé