Accueil / Commerce/Gestion / Pause des ventes de vins vers la Russie

Exportations
Pause des ventes de vins vers la Russie

Les vignerons qui exportent vers le marche russe prennent leur mal en patience pour expédier de nouvelles commandes et pour être payés des anciennes.
Par Mathilde Hulot Le 07 avril 2022
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
 Pause des ventes de vins vers la Russie
Romaric (à droite) et Romuald Boursot, du domaine éponyme à Chambolle-Musigny (21) ont du interrompre leurs premières commandes en Russie. - crédit photo : © Mathilde Hulot
«

 Depuis le début de la guerre, nos commandes sont en stand-by, explique une vigneronne bordelaise qui souhaite garder l’anonymat. Nous avons des rapports réguliers et sympathiques avec notre importateur basé à Moscou. La situation me désole car ce sont des interlocuteurs très gentils qui parlent un français magnifique. Nous attendons que tout revienne à la normale. »

Romaric Boursot, vigneron à Chambolle-Musigny en Côte de Nuits (21), a tout juste commencé une relation avec la Russie grâce à un agent qui l’a contacté il y a quelques mois. « Nous avions fait les papiers, ce qui prend toujours du temps pour une première expédition. Tout était prêt. Il s’agit d’une palette et demie pour une valeur de 17 000 € environ. Mais nous n’avons pas fait partir les vins car c’est trop compliqué. Ils seront faciles à recaser ailleurs. »

Le château de Parenchère (33), en Bordeaux supérieur, se sent plus concerné par la situation. La Russie représente moins de 3 % de ses ventes qui s’élèvent à 380 000 bouteilles dont 70 % à l’export. Il n’empêche : « Cela fait vingt ans qu’on travaille avec Luding, l’un des plus gros importateurs russes », confie Julia Gazaniol, la directrice commerciale.

Depuis le 24 février, elle a reçu deux mails de Luding, des messages qu’il a envoyés à tous ses fournisseurs. Le premier leur demande de s’armer de patience, rappelant que ce n’est pas la première crise. Dans le second, arrivé le 15 mars, il écrit : « Nous attendons les résultats des négociations entre l’Ukraine et la Russie. Nous comprenons votre anxiété. Nous réorganiserons la méthode de paiement en fonction des sanctions. »

Julia Gazaniol n’a pas expédié les dernières commandes de son client. « Nous n’avons pas beaucoup d’encours et je ne vais pas le relancer maintenant, ajoute-t-elle. Nous savons qu’il est pris dans un étau. J’attends. »

Cinquième marché export pour Sieur d'Arques

La cave du Sieur d’Arques, à Limoux (11), exporte 300 000 bouteilles en Russie, son cinquième marché export. « Nous travaillons avec Nicolas International, explique la responsable de cette zone Gabi van Dael. Nous sommes tous deux en contact régulier avec nos clients, des cavistes qui ont pignon sur rue. Les ventes vers la Russie continuent mais au ralenti. On trouve des solutions au cas par cas. »

Nicolas International distribue une vingtaine de châteaux et domaines français, avec lesquels il réalise 10 M€ de chiffre d’affaires par an. Son fondateur Claude Brunel connaît bien la Russie et son fils Nicolas dirige le bureau de Moscou. Claude relativise : « La situation est inquiétante mais nous continuons de travailler. Les flux sont ralentis, c’est tout. Les problèmes sont financiers, pas commerciaux. Et ils ne viennent pas des Russes, mais plutôt des banques et des assurances françaises qui obligent les Russes à faire des prépaiements. Les Italiens sont moins frileux. Nous allons perdre des parts de marché. » 

 

« L’heure n’est pas à la fête »

Sylvie Lacube, responsable des ventes de J. Laurens, à Limoux (11), devait expédier une palette d’effervescents vers l’Ukraine. Comme la guerre a éclaté, ces vins ne sont pas partis. « Ce n’est pas un drame par rapport à ce qu’il se passe là-bas. » Elle est en contact avec son importateur et a mis les vins de côté, dans l’espoir que les affaires reprennent. « De toute façon, l’heure n’est pas à la fête pour boire des bulles. »

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (1)
JmS Le 08 avril 2022 à 18:04:40
Je suis caviste et profondément choqué par la position "pause" affichée par ces vignerons français ! Comme si demain, tout allait reprendre faisant fi du reste. Table rase ! Quand comptendront-ils qu'une nation est sacrifiée par ces Russes avec lesquels ils songent dès que... refaire affaire. Je suis outré par ce clan de vignerons qui ne font honneur à personne, sauf â leurs bourses. Suivent-ils l'actualité.... ou seulement le chemin interrompu de leur livraison ? Honteux que cette "pause espérée"! Et je m'étonne que Vitisphère lui accorde du crédit.
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé