Accueil / Gens du vin / La recherche viticole perd Serge Strizyk
La recherche viticole perd Serge Strizyk
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Modèles maladies
La recherche viticole perd Serge Strizyk

Parti le 13 janvier dernier à 76 ans, le chercheur a développé des modèles de prévision mildiou, oïdium et black-rot encore utilisés par de nombreux viticulteurs via les outils d’aide à la décision ou aux bulletins de santé du végétal.
Par Marion Bazireau Le 20 janvier 2022
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
La recherche viticole perd Serge Strizyk
Les modèles sur les maladies de la vigne créés pas Serge Strizyk ont été exploités par de nombreux services techniques, de la distribution phytosanitaire aux interprofessions, et chambres d’agriculture. - crédit photo : Jacques Miquel
«

Après Bernadette Dubos, notre communauté technique vigne a perdu Serge Strizyk jeudi 13 janvier, âgé de 76 ans » indique à Vitisphere Marc Raynal, ingénieur pour le pôle bordelais de l’Institut Français de la Vigne et du Vin (IFV), avec qui il a travaillé plusieurs années.

« Cette deuxième personnalité a marqué le quotidien de la filière par l’ampleur de ses travaux depuis les années 1980 ».

C’est en effet avec l’ACTA (les instituts techniques agricoles), dont Serge Strizyk était salarié, que les recherches sur la modélisation des maladies cryptogamiques ont débuté à l’IFV en 1978. Le modèle Etat Potentiel Infectieux (EPI) est le fruit de cette collaboration. 

Mildiou, oïdium, black-rot

« Dans les années 90, Serge a ensuite travaillé sur le comportement physiologique des cépages et continué à développer de nombreux modèles de prévision mildiou, oïdium et black-rot, comme Potentiel Système, au sein de sa propre société, la SESMA. Très tôt, il a reconnu le rôle majeur de la phase de conservation hivernale des parasites dans le développement et l'ampleur des épidémies » poursuit Marc Raynal. 

« Tous ses modèles sur les maladies de la vigne ont été exploités par de nombreux services techniques, de la distribution phytosanitaire (via le système POSITIF et une collaboration avec Bayer) aux structures professionnelles, interprofessions, et chambres d’agriculture ».

Ils sont encore en service à l’IFV depuis maintenant plus de 40 ans et servent de base au fonctionnement de nombreux Outils d’Aide à la Décision (OAD) de traitement (Epicure, Optidose, Décitrait …) ou à l’alimentation des Bulletins de Santé Végétal Vigne dans de nombreuses régions viticoles françaises.

« Ainsi sans forcément toujours l’avoir su ou bien identifié, beaucoup de viticulteurs élaborent la stratégie de protection de leur vignoble sur des résultats issus des travaux de Serge Strizyk » insiste Marc Raynal.

Des témoignages de reconnaissance, d’amitiés ou de condoléances peuvent être adressés à sa fille, Anastasia : a.strizyk@hotmail.com

 

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé