Accueil / Viticulture / La Flumioxazine réapprouvée par l'Europe pour 15 ans

Désherbage
La Flumioxazine réapprouvée par l'Europe pour 15 ans

Les viticulteurs pourront continuer à utiliser le Pledge comme désherbant de pré-levée ou de post-levée précoce avant le débourrement de la vigne jusqu'en 2037.
Par Marion Bazireau Le 12 janvier 2022
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
La Flumioxazine réapprouvée par l'Europe pour 15 ans
La publication du texte européen est attendue en ce début d’année. - crédit photo : Creative Commons
L

es 21 et 22 octobre, les représentants nationaux du Comité permanent des végétaux, des animaux, des denrées alimentaires et de l’alimentation animale (SCOPAFF) étaient invités à se prononcer sur le renouvellement de la susbstance Flumioxazine, composante principale du Pledge, utilisé par de nombreux viticulteurs comme désherbant de pré-levée ou de post-levée précoce avant le débourrement des vignes de plus de 4 ans, à la dose maximale de 1,2kg/ha.

“Sumitomo Chemical Agro Europe a le Plaisir de vous informer de son renouvellement pour 15 ans en Europe. La publication est attendue en ce début d’année et sera valable jusqu'en février 2037” se réjouit la firme qui le commercialise par le biais de sa filiale Philagro.

La flumioxazine appartient à la famille chimique des N-phénylphtalimides, avec un site d'action sur l'inhibition de la protoporphyrinogène oxydase (PPO). “Son renouvellement fournit aux agriculteurs un outil cohérent à intégrer dans des programmes pour une bonne gestion de la resistance” poursuit-elle.

Des déçus

En amont du vote, l’association Pan Europe avait de son côté adressé une lettre aux Etats Membres, leur demandant de prendre clairement position contre le renouvellement de cette substance classée toxique pour la reproduction « afin de garantir que […] l’exposition de l’homme et de l’environnement soit réduite au minimum, comme le stipule la stratégie chimique pour le développement durable. » 

Le Pledge comprend les phrases de risque H361d, « susceptible de nuire au fœtus », H400, « très toxique pour les organismes aquatiques », et H410, « très toxique pour les organismes aquatiques, entraîne des effets néfastes à long terme ».

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (1)
Vite. Le 16 janvier 2022 à 10:55:26
Scandale encore, un de plus. Tout ça pour permettre aux viticulteurs bordelais et autres de moins bosser et faire de l'argent...mais quand nos politiques arreteront-ils d'être à la solde de ces malfaisants.
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé