Accueil / Commerce/Gestion / Le tourisme vigneron reste dans l'ombre du Plan Destination France

Déception
Le tourisme vigneron reste dans l'ombre du Plan Destination France

Le premier ministre Jean Castex est venu le 20 novembre à Amboise présenter le Plan Destination France sur le tourisme, sans annoncer de mesures pour l'oenotourisme. Il a toutefois promis aux vignerons présents que la loi sur l'assurance récolte serait bientôt votée.
Par Ingrid Proust Le 22 novembre 2021
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Le tourisme vigneron reste dans l'ombre du Plan Destination France
Jean Castex, ici avec Philippe Brisebarre, vigneron à Vouvray, un député local et la préfère d’Indre-et-Loire, n’a pas parlé de l’oenotourisme lors de sa visite. - crédit photo : Ingrid Proust
U

ne grande campagne de promotion des métiers du tourisme à l’image de celle lancée pour les armées, et de multiples mesures destinées à « renforcer la résilience du secteur et soutenir la montée en gamme de l’offre » : Jean Castex a présenté le 20 novembre au Clos Lucé à Amboise le Plan Destination France, un ambitieux programme doté d’1,9 milliard d’€ de crédits publics et de prêts. « Ce plan vise à proposer un tourisme plus qualitatif et des expériences avec plus de valeur ajoutée, à répondre à la quête de proximité et d’authenticité des touristes, et à développer un tourisme des savoir-faire dans les territoires ruraux », a expliqué le Premier ministre.

Mais s’il a évoqué les « 17 vignobles de renommée mondiale présents en France », il n’a pas mentionné une seule fois l’oenotourisme dans  son discours. Tout juste a-t-il annoncé le renforcement du Fonds « Tourisme durable » et l’élargissement de son périmètre « à l’écotourisme et à l’agritourisme ». Une « rencontre avec des acteurs de l’oenotourisme » avait été annoncée dans le programme officiel du déplacement du Premier ministre. Jean Castex a effectivement rencontré le directeur d’InterLoire Sylvain Naulin et plusieurs vignerons d’Amboise, Montlouis et de Vouvray, invités à faire déguster leurs vins au cours d’un buffet. Mais là non plus, il ne fut guère question d’oenotourisme… Le premier ministre s’est toutefois engagé devant les vignerons à ce que la loi sur l’assurance récolte soit votée « avant la fin de la mandature » début 2022.

Interrogé par Vitisphère, Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’Etat chargé du Tourisme a assuré que « l’oenotourisme est pleinement concerné par le plan Destination France, au titre des moyens prévus pour la durabilité et les itinérances. Nous avons d’ailleurs construit le plan en concertation avec le Conseil supérieur de l’oenotourisme ».

Déception

Pas de quoi cependant dissiper la déception des vignerons présents lors de cette visite ministérielle. « J’attendais plus de concret et que M. Castex parle explicitement de l’oenotourisme. Quels moyens financiers seront déployés ? Et quelle sera la mobilisation des acteurs dans les territoires ? Sur notre secteur, le réseau Vignobles et Découvertes a été un échec en raison de querelles de clochers », explique Didier Avenet, vice-président de la cave des producteurs de Montlouis. « Je n’attendais de toute façon pas grand-chose de ce discours, commente Philippe Brisebarre, président de la coopérative de Vouvray. Je crois plus à l’investissement privé. L’oenotourisme doit être un business à part entière qui doit s’autofinancer. Il faut plus de formations et de synergies entre les vignerons et des opérateurs privés, qui savent mieux que nous organiser l’offre oenotouristique et répondre aux demandes des visiteurs ».

 

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé