LE FIL

Rentrée littéraire

"Quel vin pour demain ?" ou le livre solutions face au changement climatique

Mercredi 08 septembre 2021 par Marion Ivaldi

Le changement climatique est un enjeu majeur pour le vignoble mondial qui s'est saisi de la problématique pour déjà mettre en oeuvre des solutions.
Le changement climatique est un enjeu majeur pour le vignoble mondial qui s'est saisi de la problématique pour déjà mettre en oeuvre des solutions. - crédit photo : DR
C’est ce 8 septembre que parait le livre « Quel vin pour demain ? Le vin face au changement climatique ». Rencontre avec Jérémy Cukierman MW, l’un des trois auteurs d'un ouvrage qui se tourne résolument vers les solutions.

A n’en pas douter, « Quel vin pour demain ? Le vin face au changement climatique », de Jérémy Cukierman MW marchand de vin et directeur de la Kedge Wine School, Hervé Quénol géographe et climatologue au CNRS et Michèle Bouffard, sommelière, va marquer la rentrée littéraire viticole. Pourquoi ? Parce que le croisement du point de vue de la prescription et des sciences sur l’adaptation du vignoble au changement climatique reste plutôt un fait rare. Sur le sujet, l’habitude est plutôt d’entendre des analyses scientifiques et techniques… le plus souvent pessimistes.

Inspirer

 « Nous avions envie de traiter les choses différemment, de partager le savoir sur le sujet. Il n’est pas toujours facile de partager avec d’autres régions viticoles, surtout pour le vin où les acteurs sont multiples et très fragmentés » explique Jérémy Cukierman. L’idée est donc d’assembler à travers les compétences complémentaires des trois auteurs, les expériences menées par des vignobles à travers le monde pour s’adapter au changement climatique. « Nous partageons tout ce qui nous semblait inspirant, toutes les actions vertueuses, les questions ou les pistes de réponses. Le livre balaie toute la chaine de production avec une ambition : avoir une approche positive sur une question souvent anxyogène ou alarmiste » ajoute Jérémy Cukierman, qui glisse « il faut faire attention avec les grandes annonces prédicatives. Les grands terroirs ont été choisis selon une conjonction de paramètres dont le climat fait partie. Aujourd’hui seul ce paramètre a évolué et vitis vinifera est une plante très résiliente et s’adapte. Selon certaines prévisions anciennes, certains cépages auraient dû disparaitre or ils sont toujours là !».

Solutions dans le monde entier

Et c’est la captivante richesse du livre de parvenir à répertorier un nombre remarquable d’initiatives en cours, démontrant comment la filière viticole s’est largement approprié la question. On y découvre (si on ne le savait déjà) la technique des ponts rhodaniens pratiquée dans le Rhône septentrional. Il s’agit de vigne haute en gobelet qui ne sont pas rognées et dont les extrémités des sarments de vigne sont attachées au cep voisin pour façonner un pont. Ce système permet d’augmenter la surface d’ombre et de conserver une surface foliaire importante, ce qui est un enjeu pour protéger la baie du rayonnement lumineux. Et si le livre balaie un grand nombre de solutions, il s’attarde souvent un peu plus sur celles qui sont les moins interventionnistes. Ainsi, concède Jérémy Cukierman, concernant l’entrée des hybrides dans les cahiers des charges des IG, « je suis encore un peu sceptique. Il y a une notion d’identité, d’héritage du goût et du style qui n’est pas forcément en lien avec ces cépages nouveaux. Le travail sur le matériel végétal (porte-greffe, greffon, sélection massale) qui permet une bonne adaptation à l’enjeu climatique » explique-t-il.

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé