Accueil / Viticulture / Des criquets colonisent, et ravagent, la vigne

Beaumes-de-Venise
Des criquets colonisent, et ravagent, la vigne

Dans le Vaucluse, plusieurs viticulteurs impuissants voient des milliers de criquets défolier leurs parcelles. Le phénomène prend de l'ampleur au fil des ans.
Par Marion Bazireau Le 05 août 2021
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Des criquets colonisent, et ravagent, la vigne
Les criquets n’épargnent que les grappes de raisins et leurs tiges. - crédit photo : Edith Ebersbach
D

es grappes et des tiges. Voilà ce que les criquets ont laissé dans des dizaines d’hectares de vignes d’un domaine situé sur les hauteurs de Beaumes-de-Venise, dans le Vaucluse. « Plusieurs parcelles d’un de mes clients sont complètement défoliées, s’alarme Edith Ebersbach, et le phénomène gagne progressivement Saint-Hippoliye-le-Graveyron ».

Les ravageurs sont arrivés en 2019. « Ils ont d’abord pris possession d’une jeune vigne verte et arrosée. Puis, au fil des années, ils ont gagné les adultes » relate-t-elle.

Muscat, mourvèdre, roussanne… presque tous les cépages sont concernés, ceux à feuilles tendres étant les premiers attaqués.

Surtout dans les vignes enherbées

Les criquets sautent partout dans les rangs enherbés. « En juin, ils y étaient peut-être un millier. Ils ont ensuite colonisé les sols travaillés et j’en ai aussi vu sur la route goudronnée ».

La consultante a contacté le Service régional de l’Alimentation (SRAL) et la Chambre d’Agriculture. « Hormis le fait de favoriser la présence d’oiseaux, on ne m’a malheureusement pas donné de solutions ».

La lutte avec des produits insecticides est en effet interdite. « Et quand bien même, les criquets se réfugieraient dans la forêt avant de regagner les vignes » regrette Edith Ebersbach, qui craint que le changement climatique ne fasse qu’empirer les choses.

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (3)
HURON 889 Le 06 août 2021 à 09:44:01
C'est la faute à la loi sur la biodiversité. Est-elle viable économiquement ? Elle est en train de ruiner l'économie. Tous les agriculteurs vont déposer le bilan, et non seulement les viticulteurs. Ensuite, ce sera le tour des hommes vivant à la campagne. Il faut saisir le député, et amender la loi.
Signaler ce contenu comme inapproprié
Olivier Le 06 août 2021 à 06:11:20
J'ai eu le même problème dur un plantier de l'année dans le Var en 2019. La parcelle a été totalement ravagée en 48h. Toutes les jeunes feuilles ont été détruites. Les plants ne s'en sont pas remis. Il y a eu 95% de mortalité ! La parcelle avait un peu d'herbe sur l'inter-rang mais sans plus. Les sauterelles volaient dans tous les sens lorsqu'on déplaçait dans la parcelle. Il a fallu tout replanter. Depuis, nous tenons les sols cultivés en permanence de mai à septembre. Le problème n'est pas réapparu.
Signaler ce contenu comme inapproprié
VignerondeRions Le 05 août 2021 à 08:06:34
Puisque les spécialistes de la protection des végétaux, les techniciens de la Chambre vous le disent: "il faut apprendre à perdre de la recolte". Je les ai contacté une fois pour des dégâts d'escargots (jusqu'à 20/30 petits gris par pieds au printemps). Réponse: mettez des poules... Faut il vraiment rémunérer des ingénieurs pour avoir ce type de réponse ?
Signaler ce contenu comme inapproprié

© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé