LE FIL

Présidence italienne

Luigi Moio préside l’Organisation Internationale de la Vigne et du Vin

Lundi 12 juillet 2021 par Alexandre Abellan

Luigi Moio indique prendre « les fonctions de président avec beaucoup d’attachement et de détermination. Toujours dans le respect de chaque état membre, selon le respect du principe d’impartialité et de neutralité. Je mettrai mes compétences exclusivement au service de la communauté du vin. »
Luigi Moio indique prendre « les fonctions de président avec beaucoup d’attachement et de détermination. Toujours dans le respect de chaque état membre, selon le respect du principe d’impartialité et de neutralité. Je mettrai mes compétences exclusivement au service de la communauté du vin. » - crédit photo : Capture d'écran visioconférence Kudo ce 12 juillet
Le professeur d’œnologie vient d’être élu à la présidence de l’ONU du vin. Formé à Naples, il a notamment passé son doctorat à Dijon, ville candidate à l’accueil du siège de l’OIV.

Réunie ce 12 juillet à Paris, la dix-neuvième assemblée générale de l’Organisation Internationale de la Vigne et du Vin (OIV) vient d’élire Luigi Moio à sa présidence. Succédant à la professeure brésilienne de biotechnologie Regina Vanderlinde, le professeur d’œnologie italien va présider pendant trois ans l’organisation réunissant 48 états-membres vitivinicoles. Arrivant en tête au premier tour des élections (avec le vote de 27 pays), Luigi Moio n’avait pas la majorité des voix pondérées, mais l’autre candidat a préféré se retirer. Il s’agissait du chercheur australien Tony Battaglene (à la tête de l’Australian Grape & Wine).

Précédemment deuxième vice-président de l’OIV, le professeur d’œnologie évoque une « candidature presque naturelle » à sa présidence, étant membre de la délégation italienne à l’OIV depuis 1998. Formé à l’université de Naples, où il enseigne désormais, Luigi Moio se présente comme un « spécialiste de l’étude des arômes ». Parlant français avec une fluidité parfaite, l’expert a notamment réalisé son doctorat à Dijon au début des années 1990 : une connaissance de la capitale des vins de Bourgogne qu’il saura mettre à profit, alors que la ville souhaite accueillir le siège de l’OIV (avec un vote le 25 octobre prochain). « Après 30 ans où tout a commencé pour moi à Dijon, je vais tout faire pour y retourner. C'est une forme de destin qui me touche » indique après son élection Luigi Moio.

"Caractère scientifique et technique"

En matière de vision, « l’OIV est, et restera, une organisation à caractère scientifique et technique. Sa compétence dans le domaine de la vigne, du vin, des boissons à base de vin, des raisins de table, des raisins secs et des autres produits issus de la vigne est largement connue dans le monde entier » indique, lors de son discours de candidature, Luigi Moio, qui appelle à valoriser cette expertise scientifique face « aux défis extrêmement complexes auxquels il faut faire face : le changement climatique, le développement durable, les nouvelles stratégies viticoles et œnologiques à faible impact… »

Soulignant la portée culturelle du vin (qui n’a « rien à voir avec les autres boissons alcooliques »), Luigi Moio indique que « pour développer d’avantage l’organisation, il est essentiel de soutenir la diversité générale dans l’élargissement du nombre d’états membres. En favorisant l’inclusion de nouveaux pays. »

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé