Accueil / Viticulture / Les chartes riverains et leurs réductions de ZNT retournent à la case consultation publique
Les chartes riverains et leurs réductions de ZNT retournent à la case consultation publique
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Traitements phytos
Les chartes riverains et leurs réductions de ZNT retournent à la case consultation publique

Dans toute la France, pas moins de 79 chartes encadrant les Zones de Non-Traitement à proxmité des habitations doivent être retravaillées par les préfectures, à la demande des ministères de la Transition écologique et de l'Agriculture.
Par Charlotte Salmon (la France Agricole) Le 12 juillet 2021
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Les chartes riverains et leurs réductions de ZNT retournent à la case consultation publique
Ces chartes de bon-voisinage permettent une réduction des ZNT entre les parcelles viticoles et les habitations. - crédit photo : Safer
D

ans une instruction en date du 2 juillet 2021, dévoilée par le média Contexte le 7 juillet, les ministères de la Transition écologique et de l’Agriculture ont demandé aux préfets l’organisation d’une nouvelle consultation publique des chartes d’engagement sur les ZNT riverains (zone de non-traitement).

Cette instruction fait suite à la décision du Conseil constitutionnel du 19 mars 2021 qui avait invalidé les méthodes d’élaboration de ces chartes (qui permettent de réduire, sous conditions, les distances de traitement phytosanitaire vis-à-vis des habitations).

Fragilités juridiques

Selon les deux ministères, 79 chartes* présentent « des faiblesses de nature à les fragiliser juridiquement ». Ils invitent donc les préfets concernés à organiser une nouvelle consultation publique, ouverte à toute personne, d’une durée de 21 jours au moins et qui devra démarrer entre le 5 et le 16 juillet 2021. Les concertations nécessaires avec les chambres d’agriculture et les organisations syndicales devront être organisées au préalable.

À l’issue des consultations, les préfets devront publier, sur les sites internet des préfectures, les décisions d’approbation et les chartes, après vérification de leur conformité.

Cet article est paru initialement sur le site de la France Agricole.

 

(1) Ain, Aisne, Allier, Alpes-de-Haute-Provence, Ardèche, Ardennes, Ariège, Aube, Aude, Aveyron, Bas-Rhin, Calvados, Charente, Charente-Maritime, Cher, Corrèze, Côte-d’Or, Côtes-d’Armor, Creuse, Deux-Sèvres, Dordogne, Drôme, Essonne, Eure, Eure-et-Loir, Finistère, Gard, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Alpes, Haute-Savoie, Hautes-Pyrénées, Haut-Rhin, Hérault, Ille-et-Vilaine, Indre, Indre-et-Loire, Isère, Jura, Landes, Loire, Loire-Atlantique, Loiret, Loir-et-Cher, Lot, Lot-et-Garonne, Lozère, Maine-et-Loire, Manche, Marne, Mayenne, Meurthe-et-Moselle, Meuse, Morbihan, Moselle, Nord, Oise, Orne, Paris, Pas-de-Calais, Puy-de-Dôme, Pyrénées-Orientales, Rhône, Saône-et-Loire, Sarthe, Savoie, Seine-et-Marne, Seine-Maritime, Somme, Tarn, Tarn-et-Garonne, Val-de-Marne, Val-d’Oise, Var, Vaucluse, Vendée, Vienne, Yonne, Yvelines.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (1)
Benji Le 12 juillet 2021 à 23:17:03
Pauvre france pendant qu’on s’entête à écouter le lobby bobo écolos les autres pays nous prennent nos parts de marché ! Qu’attendent les syndicats et le ministère de l’agriculture pour dénoncer les dérives des pseudos associations qui s’attaquent à nos productions et nos savoir faire en se basant sur des chiffres financés par des lobbys improductifs
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé