Accueil / Viticulture / De nouvelles règles concernant la flavescence dorée

Ça y est !
De nouvelles règles concernant la flavescence dorée

L'arrêté paru fin avril définit les méthodes de prospection et de lutte phyto contre la flavescence dorée de la vigne et scaphoideus titanus, en adéquation avec la nouvelle réglementation européenne.
Par Marion Bazireau Le 04 mai 2021
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
De nouvelles règles concernant la flavescence dorée
L’arrachage total est obligatoire quand plus de 20% de parcelles ou parties de parcelles sont infestées ou présentent des symptômes. - crédit photo : Creative Commons
P

our se mettre en conformité avec la réglementation européenne en matière de lutte contre la flavescence dorée, le ministère de l’Agriculture vient de publier au Journal Officiel un nouvel arrêté.

Il redéfinit d’abord les zones délimitées, comprenant la zone infestée et une zone tampon d'un rayon minimal de 500 mètres mesuré au-delà des limites de la zone infestée, pouvant « être étendue en fonction d'une évaluation du risque phytosanitaire réalisée par la Draaf-Sral ».

L’ensemble du vignoble doit y être prospecté sur 5 ans, de même que les environnements immédiats des vignes-mères et pépinières. Ceci vaut pour « tout propriétaire ou détenteur de vigne autre qu'un matériel en pépinière viticole ou qu'une vigne-mère de porte-greffe ou de greffons ».

Seuil à 20%

L’arrachage total est obligatoire quand plus de 20 % de parcelles ou parties de parcelles sont infestées ou présentent des symptômes de type jaunisse à phytoplasme, cumulés sur une durée maximale de 3 campagnes consécutives. La date limite d'arrachage est fixée par arrêté préfectoral du préfet de région et ne peut être postérieure au 31 mars de l'année suivant la découverte de l'infestation ou le dépassement du seuil des 20%.

Traitement à l’eau chaude

L’arrêté précise en outre, qu’en zone délimitée, toute vigne non cultivée située à moins de 250 m d'une vigne-mère doit être arrachée par son propriétaire.

En zone exempte, les viticulteurs ne peuvent planter que des plants traités à l'eau chaude, « sauf si les pépinières dont sont issus les plants sont situées en zone exempte, et que les porte-greffes et les greffons qui les composent sont issus de vignes-mères situées en zone exempte, ou ont été traités à l’eau chaude ».

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (1)
Robert Gentié/lezorro2 Le 14 février 2022 à 13:49:11
Les Pouvoirs publics devraient d'abord soccuper à faire disparaître les repousses de vigne sur les bords des talus des routes.
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé