Accueil / Oenologie / My Bacchus, la bonde connectée qui lève 700 000 €

Cuves, fûts et amphores
My Bacchus, la bonde connectée qui lève 700 000 €

La start-up nantaise, créatrice de la bonde connectée, vient de réaliser une belle levée de fonds pour poursuivre son aventure.
Par Patrick Touchais Le 26 mars 2021
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
My Bacchus, la bonde connectée qui lève 700 000 €
Deux ans de travail ont été nécessaires à Alexandre Ermenault pour créer la bonde connectée. - crédit photo : Patrick Touchais
L

’année 2021 sonne comme celle de l’accélération pour My Bacchus. La start-up nantaise est née en 2017 des mains et des idées d’Alexandre Ermenault, un informaticien, passionné de vins. Après deux années de travail, il a lancé le "chai connecté", la première bonde connectée. Concrètement, les obturateurs (adaptables sur cuves, fûts et amphores) dotés de l’électronique idoine mesurent, à l’intérieur du contenant : la température en deux points, la hauteur de vide, l’oxygène et le gaz carbonique dissous ; et à l’extérieur : l’hygrométrie, la température et la pression atmosphérique. Le tout relié à un  smartphone, une tablette ou un ordinateur, permettant d’obtenir des données sur l’évolution de ses vins sans aucun prélèvement. L’innovation a été saluée par des prix au Vinitech et à Dionysud en 2020.

Le jeune entrepreneur vient de lever 700 000 € pour continuer l’aventure. 550 000 € ont été obtenus auprès de business angels régionaux, et le reste a été sollicité sous forme de prêts bancaires. Déploiement commercial, accroissement des ressources humaines, poursuite du développement de la R&D… sont au menu de l’année.

Développement commercial

« On est en train de structurer notre réseau de distribution. Pour l’instant, on travaillait tout en direct. En 2020, on a vendu en Loire et Bordelais, une grosse centaine de bondes. 250 sont en commande. On va désormais attaquer d’autres régions, comme la Bourgogne ou le Sud » précise Alexandre Ermenault. Côté développement technologique, My Bacchus travaille sur les mesures de SO2 et d’éthyl-phénols. Le prix d’une bonde oscille entre 300 et 600 € HT, et la location est possible. En 2020, la start-up a réalisé un chiffre d’affaires de l’ordre de 50 000 € et ambitionne de multiplier par 10 cette année.


 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé