LE FIL

Biodiversité

Les vignerons rhodaniens demandent à la Ministre de l’Ecologie de sauver leurs terroirs

Vendredi 05 février 2021 par Marion Bazireau

Les vignerons de Châteauneuf-du-Pape et des Côtes-du-Rhône s’opposent à Lafarge Granulats France, la Société des Carrières Vauclusiennes et Delorme.
Les vignerons de Châteauneuf-du-Pape et des Côtes-du-Rhône s’opposent à Lafarge Granulats France, la Société des Carrières Vauclusiennes et Delorme. - crédit photo : DR
Les ODG de Châteauneuf-du-Pape et des Côtes-du-Rhône ont lancé une pétition visant l’arrêt de l’exploitation intensive des carrières de calcaire du Massif du Lampourdier qui menace leur environnement.

Le torchon brûle depuis 10 ans entre les trois carriers Lafarge Granulats France, Société des Carrières Vauclusiennes et Société Delorme, et les ODG de Châteauneuf-du-Pape et des Côtes-du-Rhône.

Par le biais d’une pétition, les représentants du vignoble demandent aujourd’hui aux citoyens de les aider à interpeler la ministre de la Transition écologique pour mettre fin à l’extraction du calcaire du Massif du Lampourdier, situé à l’aplomb du Rhône sur les communes de Châteauneuf-du-Pape et d’Orange, dans le Vaucluse.

« Ce Massif est victime de dégâts considérables et irréparables, estiment-ils. Les carriers entendent l’exploiter jusqu’à épuisement complet de ses ressources minérales. Ils menacent nos appellations et vont à l’encontre de tous les efforts déployés pour protéger leur environnement ».

Perte de faune et de flore

Ils rappellent que les vignerons des AOC Châteauneuf-du-Pape et Côtes-du-Rhône sont engagés depuis longtemps dans la préservation de leurs paysages, et que les jeunes ont initié un « Marathon de la Biodiversité » visant à implanter 42 km de haies arboricoles dans les prochaines années.

Ils redoutent que les défrichements réalisés sur le Lampourdier ne ruinent tous ces efforts. « L’exploitation intensive du Massif va engendrer une perte définitive de faune, de flore et de biodiversité, et impactera immanquablement le micro-climat de nos terroirs ».

Ce 4 février, leur pétition avait recueilli 800 signatures sur les 1000 visées.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé