LE FIL

Face aux critiques

La certification HVE augmente son niveau d’exigence

Lundi 01 février 2021 par Marion Bazireau

De nombreux viticulteurs vont devoir trouver le moyen d’utiliser moins d’herbicides.
De nombreux viticulteurs vont devoir trouver le moyen d’utiliser moins d’herbicides. - crédit photo : Pxhere
Dès cet été, les viticulteurs devront présenter des IFT plus bas pour obtenir des points dans la thématique « produits phytosanitaires ». Les exploitations déjà certifiées ont deux campagnes pour se mettre à niveau. Le ministère réfléchit aussi au devenir de la voie B.

La Commission nationale de certification environnementale vient de valider l’évolution de l’arrêté du 11 juin 2011 fixant les règles du jeu de la Haute Valeur Environnementale (HVE).

« Un nouveau texte sera soumis à consultation publique dans les prochaines semaines pour une probable application dès cet été » pose Yann Montmartin, responsable du service environnement à la Chambre d’agriculture de Gironde.

Les plus gros changements concernent la thématique « produits phytosanitaires » de l’option A. Les indices de fréquence de traitement (IFT) réalisés dans chaque exploitation seront désormais comparés aux références régionales issues de l'enquête sur les pratiques culturales réalisée en 2013. « A Bordeaux, l’IFT herbicide de référence devrait par exemple passer de 1,46 à 0,6 » indique Yann Montmartin. 

Le mode est calcul est également modifié avec une attribution des points par tranches de 10ème de percentile en lieu et place des palliers de 10% par rapport à l'IFT de référence. « Cela paraît compliqué mais les points ne seront pas forcément plus difficiles à obtenir » rassure le conseiller.

"30 des 400 exploitations que nous suivons pourraient perdre la HVE"

Quoiqu'il en soit, plusieurs exploitations pourraient perdre leur certification si elles ne modifiaient pas leurs pratiques. « Sur les 400 viticulteurs que nous suivons à la Chambre, environ 30 n’auraient plus les points suffisants » assure en effet Yann Montmartin. « Nous allons organiser de nouvelles sessions de formation pour les aider à se mettre à niveau ».

Les viticulteurs vont devoir utiliser davantage de produits de biocontrôle ou trouver des solutions alternatives pour désherber. Ils auront deux campagnes à partir de la publication du nouvel arrêté pour évoluer. « Ce ne sera pas le cas pour les nouveaux certifiés. Le texte leur sera applicable tout de suite » précise Yann Montmartin.

A noter également l'obligation de se servir de l’outil proposé par le ministère, en se rendant sur le site officiel ou en utilisant un logiciel professionnel, pour réaliser le calcul de l'IFT.

Traitements obligatoires et produits CMR questionnés

Tout n’a pas été tranché lors de la dernière réunion de la Commission. « On ne sait pas encore si les traitements obligatoires contre la flavescence dorée rentreront dans le calcul de l’IFT ou si les prairies permanentes et jachères seront valorisées » reprend Yann Montmartin.

L’avenir de l’option B est toujours sur la table. « Je sais aussi que des réflexions sont engagées sur l’utilisation des produits CMR et sur l’intégration de nouvelles thématiques liées au climat ou aux émissions carbone » révèle le conseiller.

Cette année, les ministères de l’agriculture et de l’environnement prévoient en plus d’évaluer l’efficacité environnementale de la HVE. « L’objectif est notamment de voir si cette certification encourage les exploitations à s’engager dans un processus d’amélioration continue ». Ils remettront leurs conclusions début 2022.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
Viti Le 03 février 2021 à 18:11:04
En parallèle à l'augmentation de ce niveau d'exigence, il faudrait déployer autant d'effort pour communiquer sur ce label qui est malheureusement encore inconnu du grand public! Les syndicats et le gouvernement le présente comme un label "obligatoire" pour faire respecter la loi Egalim. On le présente comme un label passe-partout alors qu'on augmente le niveau d'exigence et que des agriculteurs bio se font aussi certifier HVE. Pourquoi ne pas mettre tout ces arguments en avant dans une campagne de communication ? Au lieu de contraindre, de restreindre, et d'en faire un label français "passe partout" à présenter à Bruxelles, communiquons d'abord sur les aspects positifs de cette démarche!
VignerondeRions Le 02 février 2021 à 07:25:51
A peine choisit on un itinéraire technique, et les investissements qui vont avec que les règles du jeux changent. J'amortie le matériel sur 7 ans pas sur un an, s'il faut perpétuellement remettre en cause la chaîne de travail c'est impossible à tenir. Qu'on améliore je comprends mais que des indicateurs se retrouvent divisés par plus de 2 en 1 ans c'est un peu compliqué. Il faut aussi prendre en compte un autre phénomène. Les doses homologuées baissent pour le même produit à chaque ré homologation et on ne peut pas diviser les doses indéfiniment. On ne peut pas jouer à la roulette russe avec les maladies perpétuellement, sauf à y perdre la vie. Lorsque nous faisons une récolte normale nous n'avons pas 80% de bénéfice, on ne peut pas perdre de l'argent tout les ans. si je perd 20 % de ma récolte, je perd mon salaire pour plusieurs année. C'est assez facile, assis dans sons fauteuil, avec l'assurance d'un salaire mensuel, sans jamais prendre aucun risque de me dire qu'il faut que j' apprenne à perdre de la récolte (chambre d'agriculture 33).
Benji Le 01 février 2021 à 08:54:01
Quand allons nous arrêter la surenchère administrative l’objectif hve3 doit pouvoir être engagé pour tous avant toutes nouvelles normes qui la complexifierait! Pourquoi ne demandons nous pas des normes bios ou HVE pour les villes,les collectivités,les citoyens ! L’arrêt des médicaments,des lessives,des produits ménagers,etc... tous bien plus pollueurs que l’agriculture ! Non bien sûr continuons à écouter tout nos détracteurs quine produisent rien et n’ont aucune capacité à stocker le co2! Que tout ces donneurs de leçons viennent travailler une semaine à la campagne et nous démontre leurs savoir faire!
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé