LE FIL

Caricature En Magnum

Deux femmes du vin portent plainte pour sexisme et cyberharcèlement

Mardi 26 janvier 2021 par Alexandre Abellan
Article mis à jour le 29/01/2021 09:18:17

« Il ne faut pas parler de débat. Il n’y a pas eu d'échanges constructifs, il n'y a pas eu d’arguments. Les seules réponses sont des insultes » tranche Sandrine Goeyvaerts.
« Il ne faut pas parler de débat. Il n’y a pas eu d'échanges constructifs, il n'y a pas eu d’arguments. Les seules réponses sont des insultes » tranche Sandrine Goeyvaerts. - crédit photo : Tribunal de Paris
L'agente commerciale Fleur Godart et la caviste Sandrine Goeyvaerts portent respectivement devant la justice le dessin de presse et les messages sur les réseaux sociaux reçus suite à la polémique qui en est née.

Ayant défrayé la chronique de la filière vin cette fin d’année 2020, la caricature de la revue En Magnum va rentrer dans les chroniques judiciaires en 2021. Il y a deux semaines, la caviste belge Sandrine Goeyvaerts, ayant dénoncé le sexisme de ce dessin, et la directrice d’agence commerciale Fleur Godart, qui serait visée dans cette représentation, ont déposé plainte pour sexisme et cyberharcèlement.

« La seule chose que j’ai faite, c’est interroger la pertinence de la publication de cette caricature sans qualités humoristiques ou journalistiques. En retour, j’ai été harcelée, insultée, diffamée… » indique Sandrine Goeyvaerts. La présidente de l’association Women Do Wine a reçu des messages agressifs de la fin novembre au début janvier, jusqu’à une certaine accalmie après la réception de citations à comparaître devant le tribunal de Paris pour février et mars prochains aux personnes poursuivies.

Thierry Desseauve assigné

« J’ai reçu une assignation devant la dix-septième chambre du tribunal correctionnel de Paris pour insulte envers une personne en raison de son sexe » indique Thierry Desseauve, assigné en tant que directeur de la publication d’En Magnum et que président de sa société éditrice, Bettane & Desseauve. Le dessinateur Régis Franc, n'est pour sa part pas assigné. Fleur Godart estimerait être visée dans cette caricature, qui fait état de la « maison Poulet-Rautiz » (voir ci-dessous), alors que sa société commerciale s’appelle Vin & Volaille. « Régis Franc est le propriétaire du domaine viticole Chante-Cocotte (Fontcouverte, dans l’Aude). Ses dessins contiennent souvent des jeux de mots sur le monde avicole » indique Thierry Desseauve.

"Vieux mâle blanc dominant"

Si la société Bettane & Desseauve a présenté ses excuses aux personnes blessées par sa caricature, Thierry Desseauve indique qu’il ne censurera pas à l’avenir ses contributeurs. « Ce débat est surréaliste par rapport à nos convictions. Il y a sans doute eu du cyberharcèlement pour ces personnes, mais ne venant pas de Bettane & Desseauve » ajoute le journaliste, marqué par les attaques et « caricatures comme représentant du machisme de la filière. J’ai lu que j’étais "un vieux mâle blanc dominant" ». Dans son billet, le blogueur Antonin Iommi-Amunategui évoque précisément de « vieux mâles blancs du vin ».

« Nous avons remis l’entièreté de nos SMS à la justice. Des échanges ont été très vifs, mais pas du tout avec ces personnes. Mes échanges les plus virulents ont été échangés avec Antonin Iommi-Amunategui » précise Nicolas de Rouyn, le rédacteur en chef de Bettane + Desseauve, qui conseille pour sa part d’écouter l’interview donné sur le sujet par le blogueur Vincent Pousson au New York Times.

Cagnotte en ligne

« Solidaire contre le harcèlement et le sexisme », une cagnotte a été lancée en ligne pour financer les constats d’huissier et les frais de justice de Sandrine Goeyvaerts et Fleur Godart (défendues par maître Éric Morain). Ayant récolté 4 500 € à date, cette levée de fonds du compte Instagram Paye ton pinard souhaite que « leurs actions en justice servira d'exemple et fera réfléchir ceux qui se permettent d'avoir des comportements violents et sexistes ».

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé