Accueil / Politique / Jusqu'à 20 % de baisse du chiffre d'affaires vigneron aidé par le fonds de solidarité

Pour -50 % de ventes en 2019
Jusqu'à 20 % de baisse du chiffre d'affaires vigneron aidé par le fonds de solidarité

Réagissant aux surtaxes américaines, le gouvernement met en place un dispositif spécial dans le cadre de la crise covid. A noter que le début du remboursement des Prêts Garantis par l'Etat est différé d'un an.
Par Alexandre Abellan Le 15 janvier 2021
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Jusqu'à 20 % de baisse du chiffre d'affaires vigneron aidé par le fonds de solidarité
« Avec le premier ministre, avec le président de la République, nous avons une conscience aigüe de la lassitude, de la colère, du désespoir parfois, de toutes les professions » reconnaît Bruno Le Maire (à droite), lors de sa conférence aux côtés du premier ministre, Jean Castex (à gauche). - crédit photo : Gouvernement
l

« Nous allons faire effort particulier pour nos amis viticulteurs, qui sont injustement touchés par des sanctions américaines au titre du conflit Airbus/Boeing » pose Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie, lors d’une conférence de presse gouvernementale ce 14 janvier. 24 heures après une non-annonce qui a glacé la filière vin, le gouvernement change de braquet et ouvre au vignoble l’accès au fonds de solidarité* pour ses pertes de chiffre d’affaires de 2019. « Les viticulteurs pourront bénéficier d’une aide allant jusqu’à 200 000 € par mois, dès lors qu’ils perdent 50 % de leur CA. Ils pourront également bénéficier de la prise en charge des coûts fixes, avec la prise en compte du plafond des 3 millions € pour les grosses structures (voir encadré) » explique Bruno Le Maire.

Dans le détail de cette mesure, Bercy indique que « les viticulteurs pourront bénéficier de l’aide du fonds de solidarité renforcé s’ils perdent 50 % de leur chiffre d’affaires, ils bénéficieront d’une indemnisation de 15 % de leur CA 2019, dans la limite de 200 000 euros par mois. S’ils perdent 70 % de leur chiffre d’affaires, ils bénéficieront d’une indemnisation de 20 % de leur CA 2019, dans la limite de 200 000 euros par mois. » Saluant ce recalibrage des aides et cette reconnaissance des difficultés de la filière (cumulant crise sanitaire et taxes américaines), Jean-Marie Fabre, le président des Vignerons Indépendants, indique attendre des précisions du ministère de l'Economie sur les modalité de mise en place, notamment pour les mois concernés. « Décembre est concerné, il faut que ce fonds de solidarité soit rétroactif pour novembre » indique le vigneron de Fitou.

Passer ces moments difficiles

« J’espère que cela aidera les viticulteurs à passer ces moments difficiles » déclare Bruno Le Maire, qui précise que les formulaires d’accès à ces aides devraient être mis en ligne sur le site de Bercy dès ce 15 janvier. Portée par des parlementaires et la filière, cette avancée est saluée par la députée du Tarn Marie-Christine Verdier-Jouclas, qui co-préside le groupe d’études vigne et vin de l’Assemblée Nationale. « Après les exonérations de charges, voici un outil de plus permettant d’amortir les chocs » renchérit Jean-Marie Fabre. Qui précise à Vitispehre que la filière maintient ses demandes de compensations européennes : « la politique de la Commission Européenne cause une concurrence déloyale entre les vins français et les autres vins européens sur le marché américain. Cela contrevient aux principes d'équité commerciale entre Etats Membres, il faut des aides pour rétablir l'équilibre. »

Cette mesure gouvernementale ne satisfera en effet pas la filière vin, à commencer par les exportateurs, qui regrette qu’un levier lié à la crise sanitaire soit actionné en lieu et place d’une action de soutien spécifique sur le marché américain. « Nous allons évidemment faire le maximum avec le ministre en charge du commerce extérieur, Franck Riester, pour essayer de trouver une solution avec nos amis américains, cela prendra plusieurs semaines » précise Bruno Le Maire en conférence de presse. « Nous poursuivons notre travail pour obtenir le soutien de la Commission Européenne avec un fonds de compensation et évidemment le règlement définitif du conflit commercial avec les Etats-Unis » ajoute le ministre de l’Economie (Bruxelles précise pourtant ne pas avoir été sollicitée par la France).

 

 

* : A noter que le fonds de solidarité est renforcé pour les autres filières d’approvisionnement de la restauration. Pour une perte de 70 % de chiffre d’affaires en décembre 2019, l’aide ne s’élèvera pas à un forfait de 10 000 € comme par le passé, mais à un montant proportionnel à la perte du chiffre d’affaires, plafonnée à 200 000 €. Et ce sans limite du nombre salariés (le plafond était de 50 employés par le passé).

 

 

 

Remboursement du PGE différé d’un an et aide aux coûts fixes Lors de sa conférence de presse, Bruno Le Maire a évoqué d’autres mesures :

Les Prêts Garantis par l’Etat : il sera permis « à toute entreprise qui le souhaite de différer d’une année son remboursement » indique le ministre, précisant que chacun doit désormais contacter son agence bancaire pour en fixer les modalités. Pour les autres prêts contractés, « les banques se sont engagées à examiner favorablement toutes demandes de moratoire ou de report d’échéances sur une base personnalisée » ajoute Bruno Le Maire

L’aide aux coûts fixes : visant le remboursement total des loyers de chaînes d’hôtels et de restaurants, cette aide est réservée aux entreprises en fermeture administrative dont le chiffre d’affaires mensuel atteint un million €. « Nous allons travailler avec les parlementaires pour baisser ce plafond d’1 million € » annonce Bruno Le Maire, qui ajoute qu’un plafond d’aides de 3 millions € est fixée pour chaque bénéficiaire de janvier à juin 2021. Ce plafond doit être renégocié avec la Commission Européenne précise le ministre.




 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé