LE FIL

Innovation

De nouvelles lampes solaires chauffantes pour lutter contre le gel

Mardi 05 janvier 2021 par Marion Bazireau

Chaque lampe est surplombée par un panneau solaire qui lui fournit assez d’énergie pour protéger la vigne du gel pendant 5 heures.
Chaque lampe est surplombée par un panneau solaire qui lui fournit assez d’énergie pour protéger la vigne du gel pendant 5 heures. - crédit photo : Wine Protect
La startup Wine Protect va profiter de son passage par l’incubateur de Bernard Magrez pour finaliser ses lampes antigel. Installées au niveau des piquets de vigne, elles se déclenchent toutes seules quand la température baisse et se rechargent grâce à des panneaux solaires.

Les 25 startups de la première promotion de l’incubateur de Bernard Magrez ont fait leur rentrée au Château Le Sartre à Léognan ce 4 janvier. L’objectif de Déborah Ducamp est d’en ressortir dans maximum deux ans avec une nouvelle solution de lutte contre le gel.

La médocaine a écourté sa carrière dans les ressources humaines à l’hiver 2018 pour créer Wine Protect. « Le bureau d’études 3D Microtech m’aide à développer des lampes à led infrarouge chauffantes pour lesquelles je viens de déposer un brevet, dévoile-t-elle. L’idée est qu’elles se déclenchent toutes seules et protègent la vigne lorsque la température passe sous un seuil défini par le viticulteur. »

50 000€ pour des essais

Déborah Ducamp promet que ses lampes seront très faciles à installer et à utiliser. « On pourra rapidement les empiler et les transporter en tracteur. Une fois sur la parcelle, il faudra simplement les positionner sur des piquets au niveau du rang de vigne. » La startupeuse pense qu’il faudra placer une lampe tous les deux mètres environ, « peut-être un peu moins avec l’effet de masse ».

Elle espère lever 50 000€ pour tester ses prototypes dans différentes régions viticoles au cours des prochains mois. « Au yeux de Bernard Magrez c’est une toute petite somme mais pour moi c’est beaucoup. »

Déborah Ducamp travaille aussi sur un système de plus petite taille qui ne gènera pas le passage dans les vignes.

Elle voudrait aussi que ses lampes puissent réchauffer la vigne plus longtemps. « Aujourd'hui leur batterie alimentée par le petit panneau solaire qui les chapeaute leur permet de produire de la chaleur en continu pendant 5 heures, assure-t-elle. C’est suffisant dans le Médoc mais je crains que ce soit un peu juste en Champagne ou en Bourgogne où il fait plus froid plus longtemps. » Les batteries peuvent également se recharger à l’aide d’une prise électrique classique, si le viticulteur trouve cela plus pratique. 

"Accessibles à tous les viticulteurs "

Une fois ces détails réglés, Déborah Ducamp aimerait en faire des lampes connectées. « Il faudrait que les utilisateurs puissent voir depuis leur smartphone si les lampes sont actives et qu’ils aient accès à un historique de température. » Elle n’envisage pas d’applications supplémentaires pour ne pas faire grimper les prix. « Je veux que ces lampes soient accessibles à tous. Un viticulteur qui n’a pas les moyens de s’assurer contre les aléas climatiques devra pouvoir équiper son domaine de lampes Wine Protect. »

Déborah Ducamp devra peut-être acheter une partie de ses pièces à l’étranger. Mais elle est déjà sûre d’une chose : « toutes les lampes de Wine Protect seront assemblées en France, à partir de matériaux écoresponsables ».

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé