LE FIL

La carotte avant le bâton

Macron transforme l'interdiction du glyphosate en crédit d’impôt pour les agriculteurs qui s’en passeront avant 2022

Lundi 07 décembre 2020 par Marion Bazireau

Lors de son interview au média Brut, Emmanuel Macron a promis un nouveau crédit d’impôt pour aider les agriculteurs à se passer du glyphosate.
Lors de son interview au média Brut, Emmanuel Macron a promis un nouveau crédit d’impôt pour aider les agriculteurs à se passer du glyphosate.
Le Sénat a adopté un amendement créant un crédit d’impôt d’un montant de 2 500€ pour les agriculteurs qui se passeront du glyphosate en 2021 et 2022, date à laquelle Emmanuel Macron a repoussé son interdiction. L’Etat abonde aussi la prime à la conversion des agroéquipements.

Lors de la séquence sur l’écologie de son interview à Brut du 4 décembre, le président de la République est revenu sur sa promesse d’interdire le glyphosate en 2021.

Emmanuel Macron a admis que priver les agriculteurs français de cette molécule les mettrait dans une situation trop délicate vis à vis de leurs voisins européens. « Ça créé de la distorsion. On va continuer à manger les mêmes aliments en les important de Belgique, d’Italie ou d’Espagne qui eux continuent à utiliser le glyphosate. Si on l’interdit, on sacrifie notre agriculture. Quand on veut lutter contre les pesticides, c’est l’Europe le bon niveau ».

Le chef de l’Etat a fait le parallèle avec les insecticides néonicotinoïdes dans la culture de la betterave sucrière dont l'interdiction en France a été repoussé il y a quelques semaines.

"La viticulture a dû ralentir "

« Il y a des aussi filières qui ont souffert d’autres phénomènes qu’on n’avait pas prévus. Par exemple, la viticulture était en train de sortir du glyphosate mais elle a eu les taxes américaines, elle a perdu beaucoup en rentabilité, elle a dû ralentir » a-t-il reconnu.

Emmanuel Macron espère faire avancer le dossier glyphosate lors de la présidence française de l’Union européenne au premier semestre 2022. Le sort de la molécule sera définitivement tranché le 15 décembre de la même année.

"2500€ de crédit d'impôt"

Pour encourager les agriculteurs à passer le cap avant 2022, il a promis la mise en place d’un crédit d’impôt. Dès le lendemain, les sénateurs ont voté un amendement au projet de loi de finances 2021.

Il instaure un crédit d’impôt temporaire d’un montant de 2 500€ pour soutenir les entreprises agricoles qui déclarent en 2021 et/ou 2022 qu’elles n’utilisent plus de produits phytopharmaceutiques contenant du glyphosate. La mesure « vient en complément des crédits d’impôts pour l’agriculture biologique et la Haute Valeur Environnementale » précise ce 7 décembre le Ministère de l’agriculture. « Ce crédit vise les filières les plus impactées économiquement, ce qui est le cas en particulier de la viticulture, l’arboriculture et des grandes cultures ».

80 millions supplémentaires pour les nouveaux agroéquipements

Lors de son interview, Emmanuel Macron a aussi assuré vouloir apporter « une solution aux agriculteurs ».

« Les jeunes qui s’installent ont autant envie que vous de se débarrasser des pesticides et des herbicides. Ils travaillent 75 à 80 heures par semaine pour un revenu parfois en dessous du revenu minimum. Si je leur dis d’aller débroussailler à la main ou à la machine, ce sont des dizaines d’heures de plus par semaine » a-t-il expliqué, en indiquant avoir revu le budget de la recherche à la hausse pour « trouver de nouvelles techniques, des intrants moins toxiques ou des innovations comme les cépages résilients ».

Le Ministère de l’agriculture annonce en plus aujourd’hui abonder de 80 millions d’euros supplémentaires la prime à la conversion des agroéquipements prévue dans le plan de relance, désormais dotée de 215 millions d’euros, pour « compenser les coûts induits par la sortie du glyphosate pour les agriculteurs, qui, sauf à se convertir au bio, ne bénéficient pas de création de valeur immédiate ».

"Surcoût de 250€/ha"

Se basant sur les travaux de l’INRAe, le gouvernement rappelle que la sortie du glyphosate entraîne une perte d’excédent brut d’exploitation (EBE) allant jusqu’à 16 % pour en grandes cultures et 7 % en viticulture, « soit un surcoût moyen de 250 € par hectare ».

Générations Futures lance une pétition et attaque 5 AMM

La réaction de Générations Futures ne s’est pas fait attendre longtemps. Elle a déjà lancé une pétition invitant les internautes à demander à Emmanuel Macron de tenir sa promesse d’une interdiction du glyphosate « maintenant ». 

L’association annonce également ce 7 décembre attaquer en justice les cinq premières nouvelles autorisations de mise sur le marché (AMM) de désherbants à base de glyphosate délivrées par l’Anses le 8 octobre dernier. Elles concernent le Gallup 360 K, le Krypt 540, le Kyleo, le Touchdown foret et le Touchdown system 4. Seul ce dernier herbicide est autorisé en vigne.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
CognacXO Le 14 décembre 2020 à 00:19:04
Soyons clair avec Générations futures...Qu’ils fassent une pétition pour interdire le glyphosate maintenant, pas de problèmes...mais alors, que tout ceux qui vont signer cette pétition aient une carte de générations futures avec eux, que je puisse contrôler leurs achats à la sortie du magasin, voir s’ils ont bien acheté les légumes, vins, fruits et consorts « made in France »( et non ailleurs...) sans glyphosate ..sinon, je me jure de faire perdre la crédibilité a cette association de bobos ecolos a coup de matraquage médiatique.
craoux Le 10 décembre 2020 à 12:03:14
J'apprécie vraiment le commentaire de "pg" car il n'y a aucune outrance, et une belle sincérité qui me touche .... Même si personnellement, je ne comprends pas le sens de la pastille ou du macaron "HVE" sur une bouteille de vin. HVE pourrait - voire devrait - être une voie obligée pour toute l'agriculture en général si on considère que la Terre ne nous appartient pas. Pensons aux jeunes générations qui sont déjà là ou qui arrivent. Et c'est vrai qu'un commentaire façon " Guilaume " m'interroge sur la maturité du gonze !
pg Le 09 décembre 2020 à 18:55:20
Vous pouvez être en bio tout en n'étant pas HVE . Vous aurez donc encore des progrès à faire en matière de protection de la nature. Oui , c' est dur à lire ! Et , quitte à être HVE, vous choisirez la voie environnementale, par conviction , comme moi. Alors vous cumulerez les aides. De plus , le but du jeu , c' est que l' agriculture pollue le moins possible. En incitant financièrement au passage en HVE , voie environnementale ( la seule vraie , à mes yeux ), nous tendons vers cet objectif que tout bon viticulteur devrait avoir en tête. Ce n' est pas déshabiller les bio que d' inciter au HVE et à l'arrêt du glyphosate. Ceux qui ont choisi de traiter au cuivre et aux pseudo- insecticides bio souhaiteraient-il garder le monopole du plus blanc que blanc ? J' ai atteint les 50 % de pesticides en moins . Je traite tous mes effluents. Je n' utilise plus d' herbicide depuis 11 ans. Je n' utilise que des engrais d' origine naturelle. Je cumule prêt de 4 km de haies et de lisières de bois. Cela ne vaut-il pas une certification pour authentifier tous mes efforts? Ces efforts en 11 ans m'ont couté bien plus que ces 5000 €. Ils sont au moins la certitude que j' avais raison... Ne me gâchez pas la fierté que j' ai d' être HVE.
MG Le 09 décembre 2020 à 18:39:30
@Guillaume : vous êtes bio juste pour le pognon ? Vous n'avez pas su valoriser votre production labellisée ? Parce que là , on dirait un gosse qui dit "maitresse, c'est pas moi, c'est l'autre!".
Dominique Le 09 décembre 2020 à 10:04:44
C'est vrai que si c'est juste pour remplacer un herbicide par un autre, peut-être aussi toxique, on ne voit pas l'utilité de la mesure. Si c'est ça, alors on a juste affaire à de la communication sans contenu, et à une supercherie de plus.
Guilaume Le 08 décembre 2020 à 07:49:13
Bon ben j'arrête le bio: 2500€ de credit impôt HVE + 2500€ credit d'impôt Glyphosate = 5000€ pour passer en conventionnel contre 3500€ de credit impot pour rester en bio. Là je dis bravo, ça!! c'est une nouvelle qui va faire le BUZZ
Dominique Le 08 décembre 2020 à 00:06:45
Tant qu'à ouvrir les vannes budgétaires, cette incitation à arrêter le glyphosate me semble plus positive que le crédit d'impôt HVE, HVE qui peut ne pas engager à grand chose, notamment la voie comptable. On a là une vraie mesure incitative, avec un vrai impact environnemental et sanitaire, qui compense en partie la distorsion de concurrence. Reste à voir la réalité de cette non-utilisation et aussi les conséquences sur la règle des minimis.
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé