LE FIL

Essais IFV

Le désherbage électrique fait aussi bien que le glyphosate sous le rang de vigne

Mardi 08 décembre 2020 par Marion Bazireau

Les techniciens ont attelé la première version du XPower XPS développé par Zasso et commercialisé par le Groupe CNH Industrial sur un tracteur New Holland T4.
Les techniciens ont attelé la première version du XPower XPS développé par Zasso et commercialisé par le Groupe CNH Industrial sur un tracteur New Holland T4. - crédit photo : AIMA
L'IFV a testé la première génération du XPower XPS. L’électricité a éliminé jusqu’à 80% des mauvaises herbes sous le cavaillon. C’est aussi bien que le désherbage chimique ou mécanique et sans impact sur les ceps de vigne ou les populations de vers de terre.

Le désherbage électrique a fait ses preuves dans les vignobles de l’Institut Français de la Vigne et du Vin (IFV) de Lisle-sur-Tarn (81).

Trois fois, à la fin des mois de mars, mai, et juin 2020, les techniciens ont attelé la première version du XPower XPS développé par Zasso et commercialisé par le Groupe CNH Industrial sur un tracteur New Holland T4.

Ils sont passés dans une partie de deux parcelles argilo-limoneuses du Vinopôle, à 2,5 ou 3,5 km/h. Le reste du cavaillon a été aussi désherbé soit chimiquement, à l’aide de deux pulvérisations de 1,8 litre par hectare de Tartan XL dosé à 360 g/l de glyphosate, soit mécaniquement par cinq passages d’un intercep Clemens Radius SL à lame.

Dans la première parcelle, le cavaillon avait jusqu’alors été désherbé intensivement au glyphosate. Il présentait peu de mauvaises herbes lors du premier passage en février. Aux deux vitesses testées, le désherbage électrique a empêché plus de 80% des repousses après chaque passage. C’est aussi bien que le désherbage chimique, et mieux que le désherbage mécanique, ce dernier n’ayant éliminé que la partie aérienne des adventices.

Les techniciens ont noté une légère amélioration de l’efficacité pour un passage à 2,5km/h, du fait d’un plus grand temps de contact entre l’électrode et l’adventice.

Premier passage avant mars

En 2019, la seconde parcelle avait été travaillée mécaniquement. Elle était davantage couverte par les mauvaises herbes lorsque les techniciens ont démarré leurs essais. 40% des adventices ont repoussé après chaque passage du XPS. Le glyphosate et le désherbage mécanique n’ont pas fait mieux.

A 3,5 kms/h, le XPS a donc permis en moyenne de contenir 70% des mauvaises herbes. Il n’a pas eu la même efficacité sur toutes les espèces. Il a parfaitement éliminé le géranium, le myosotis, ou la véronique. Il a également été utile contre les graminées, le gaillet, le séneçon, ou le plantain. Les plantules de chêne lui ont résisté. « C’est une affaire de conductivité, plus la plante est ligneuse, mieux elle résiste » explique Christophe Gaviglio, qui a piloté les essais. La forme de la plante joue aussi. « Ainsi, le désherbage électrique a eu peu d’impact sur la verveine et l’épilobe qui ont un faible rapport tige sur feuilles » complète-t-il.

Face à ces résultats, l'IFV recommande de déployer le désherbage électrique par anticipation, en démarrant en mars au plus tard, car il n’est pas suffisant pour nettoyer le rang lorsque celui-ci est recouvert de végétation.

"250 vers de terre au m² "

Quand les électrodes ont touché des pampres oubliés, ceux-ci sont morts pendant la saison, sans que le reste du cep ne soit endommagé. Les essais n’ont provoqué aucunes brûlure ou dégradation des raisins.

Les populations de vers de terre ont également bien supporté le courant électrique. L’IFV les a décomptées le 23 octobre dernier. Après trois applications du XPS, les techniciens ont compté 250 individus au mètre carré. Ils en ont trouvé 212 après un désherbage au glyphosate et seulement 150 là où était passé l’intercep.

Ils prévoient de refaire des comptages dans le futur pour évaluer l’effet de la technique sur le long terme.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
P0p0l Le 09 décembre 2020 à 17:37:07
Merci de continuer la recherche dans se sans afin d éliminer le glyphosate. Mais où sont et que font lesfirmes et leurs représentants qui s enrichissent en nous empoisonnant ?.........
VignerondeRions Le 09 décembre 2020 à 10:29:27
Oui, 3 passages à 2.5 km/h entre Mars et Juin, la ou je fais un glyphosate sous le rang à 5 km/h en passant simultanément le Giro dans l'inter rang. C'est loin d'être la même chose... Le gasoil du tracteur n'est cancérogène que dans les rues de Paris dans les vignes c'est innofensif. Il faut bien chercher des solutions, mais encore une fois il n'y a pas photo. On peut décréter que la terre est plate, qu'elle ne tourne pas, ça ne change rien à la réalité, aujourd'hui le bilan bénéfice risque est encore favorable au glyphosate.
CognacXO Le 09 décembre 2020 à 01:03:39
Belle technologie que le désherbage électrique...qui, ma foi, a tout pour plaire...sauf que, à y regarder de plus près, on va encore moins vite qu’avec des interceps...Soit, il reste plus de vers de terre et moins d’adventices que le désherbage mécanique, mais ( et c’est malheureux à dire...) au final, c’est la methode chimique qui reste la plus rentable ( plus vite, aussi propre, moins de passages,...) sur tous les points... Il est vrai qu’à 2, 5 Km/h ( pour que le courant fasse son effet au mieux...), on a le temps de piquer un petit roupillon avant de voir le bout du rang... Ça me fait penser aux autres techniques de désherbage new- tech comme l’eau chaude, la mousse chaude ou encore le Karcher eau chaude sous le rang...belles idées mais pas performantes en temps....
asencio Le 08 décembre 2020 à 18:57:38
quel investissement matériel or mis le tracteur, ?? et quel cout à chaque passage ? d'où vient l'électricité? sa production est-elle comptée
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé