Accueil / Commerce/Gestion / 2 000 caisses de vin congelées par leur transporteur chinois
2 000 caisses de vin congelées par leur transporteur chinois
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Erreur de lecture
2 000 caisses de vin congelées par leur transporteur chinois

Erreur coûteuse pour une société de logistique chinoise qui a congelé 2 000 caisses de vin expédiées vers le Japon. En cause : un trait d’union pris pour un signe moins dans les consignes de température.
Par Natalie Wang (Vinojoy) Le 05 novembre 2020
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
2 000 caisses de vin congelées par leur transporteur chinois
Le conflit s'est réglé à l'amiable devant les autorités. - crédit photo : Shanghai Maritime Court
L

a mésaventure a commencé lorsqu'une société américaine a fait appel à une société de logistique chinoise pour expédier plus de 2 000 caisses de vin de Shanghai à Tokyo. Lorsque la cargaison a été débarquée à Tokyo, le client était sous le choc lorsqu'il a découvert que les vins étaient passés de l'état liquide à l'état de glace. La température du conteneur avait été fixée à moins 14 °C, détruisant la marchandise. Il s'avère que le transporteur avait mal interprété un trait d’union dans les consignes de réglage de la température du conteneur, pensant qu’il fallait la régler à moins 14 °C.  Au final, la société américaine a remboursé son client au Japon, mais s’est retournée contre la société de logistique chinoise pour réclamer un dédommagement financier.

S'en est suivi, au sein du tribunal maritime de Shanghai, un procès sur la sémantique de la lecture des températures. L'expéditeur a fait valoir le fait que le signe en question était un tiret pour introduire la consigne de réglage de la température, qui aurait dû être fixée à « 14°C ». Une valeur courante dans le monde de l’expédition du vin, a-t-il affirmé, surtout pour une société de logistique. Il demande donc au transporteur de compenser financièrement les dommages qu'il a causés. De son côté, la société de logistique a insisté sur le fait qu’elle n’était pas responsable des dommages, car elle n’a fait que suivre les consignes d'expédition émanant de l'expéditeur : en indiquant « - 14°C », celui-ci a laissé entendre que la température devait être réglée à moins 14°C.

Une saga en guise d’avertissement

Portée devant le tribunal maritime de Shanghai, l’affaire a finalement fait l'objet d'une médiation et a pu être réglée à la satisfaction des deux parties par l'intermédiaire de l'avocat et médiateur professionnel Peter Corne.

Cette saga illustre bien à quel point les producteurs, importateurs et transporteurs doivent toujours vérifier le réglage de la température pour éviter d’expédier des vins « cuits » ou bien « congelés ».

 


 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé