LE FIL

Côtes du Rhône

Disparition d’Alain Voge, vigneron défricheur de Cornas

Mardi 08 septembre 2020 par Alexandre Abellan

« Ses années de rugby alliées à de solides convictions et à de fortes valeurs humaines avaient forgé en lui ce défenseur du patrimoine, privé et public » indique le domaine Alain Voge.
« Ses années de rugby alliées à de solides convictions et à de fortes valeurs humaines avaient forgé en lui ce défenseur du patrimoine, privé et public » indique le domaine Alain Voge. - crédit photo : Domaine Alain Voge
La figure du vignoble ardéchois s’est éteinte après un demi-siècle de défense acharnée de l’appellation où sa famille est enracinée.

Disparu ce 2 septembre 2020 à 81 ans, Alain Voge « a consacré sa vie à hisser les appellations Cornas et Saint-Péray au sommet de la hiérarchie viticole de la vallée du Rhône » résume un communiqué du domaine Alain Voge. Ayant repris le domaine familial en 1965, Alain Voge commercialise rapidement ses vins en direct, avant de devenir le porte-étendard de l’appellation Cornas.

« En 1972, lors du plan d’occupation des sols, visionnaire seul contre tous, il défend le vignoble de Cornas contre l’urbanisation » souligne son domaine, qui note que « son travail est un formidable encouragement pour d’autres vignerons et donc un atout pour la reconnaissance des appellations Cornas et Saint-Péray, alors en forte compétition avec Côte-Rôtie, Condrieu et Hermitage ».

"Saint-Péray tranquille en barriques"

Défrichant et rénovant les coteaux de Cornas dans les années 1980 et 1990, Alain Voge « s’engage à nouveau pour la défense de l’aire d’appellation Cornas menacée de révision » en 1986 rappelle sa propriété, ajoutant qu’il est le premier vinificateur d’un vin de « Saint-Péray tranquille en barriques et relance l’appellation avec la Cuvée Boisée ».

Alain Voge a cédé en 2004 la direction de la propriété familiale à Albéric Mazoyer (retraité en 2018) puis à Lionel Fraisse (neveu d’une autre figure du vignoble, Robert Fraisse). Le domaine est certifié en viticulture biologique et biodynamique depuis le millésime 2016.


 

Alain Voge commence à assister son père, Louis Voge, dès 1960, et son retour d'Algérie. Il arrête l'activité familiale de pépinièriste en 1979 et de distillateur en 1980, pour se consacrer essentiellement à la production de vins.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé