LE FIL

Autorisations de plantation

Le Syndicat des vignerons de Champagne met la pression au gouvernement

Mardi 25 août 2020 par Aude Lutun

Maxime Toubart militant pour le maintien des autorisations des droits de plantation jusque 2050, à la coopérative de Sermiers, avec Christian Bruyen, président du conseil départemental de la Marne et Arnaud Robinet (à droite) maire de Reims.
Maxime Toubart militant pour le maintien des autorisations des droits de plantation jusque 2050, à la coopérative de Sermiers, avec Christian Bruyen, président du conseil départemental de la Marne et Arnaud Robinet (à droite) maire de Reims. - crédit photo : Aude Lutun
Maxime Toubart monte au créneau pour mobilier le gouvernement français à s’impliquer, au sein de l’Union européenne, sur le dossier des autorisations de plantation.

En clôture de la traditionnelle journée Vendanges organisée ce 24 août avec les parlementaires et les élus locaux, Maxime Toubart, président du syndicat général des vignerons (SGV) de la Champagne a rappelé l’importance de maintenir les autorisations de plantation.

Ce mécanisme doit prendre fin en 2030. Or le calendrier de ce dossier s’accélère, avec la volonté de la présidence allemande de clôturer la réforme de la PAC d’ici la fin 2020.

Rendez-vous très important

La Champagne voit dans les actuelles discussions sur la PAC une opportunité de modifier la législation européenne et d’ancrer le système actuel de régulation dans la durée. « C’est un sujet majeur, a martelé Maxime Toubart devant les personnalités politiques et les représentants de l’Etat, invités à Chigny-les-Roses puis à Sermiers. Le rendez-vous de 2020, avec la PAC, est très important. Il faut maintenir le système actuel jusque 2050. Nous constatons que les filières de la betterave et du lait, qui fonctionnaient bien avec des quotas, sont dans une situation très compliquée depuis l’arrêt de la régulation ».

Le SGV interpelle le gouvernement français et le nouveau ministre de l’agriculture à se mobiliser « réellement » sur ce dossier au sein de l’Union Européenne.

« Si le SGV n’obtient pas le maintien de la régulation jusque 2050, le dossier de la révision de l’aire, qui sera terminé d’ici quelques semaines, sera torpillé », a conclu Maxime Toubart.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé