LE FIL

Champagne

Les Vignerons indépendants réclament deux niveaux de rendement

Mercredi 27 mai 2020 par Aude Lutun

Yves Couvreur, président des Vignerons indépendants de Champagne, milite pour la création de deux niveaux de rendement au sein de l'appellation.
Yves Couvreur, président des Vignerons indépendants de Champagne, milite pour la création de deux niveaux de rendement au sein de l'appellation. - crédit photo : DR
Les Vignerons Indépendants de Champagne ne partagent pas la vision du SGV sur le rendement 2020. Ils souhaiteraient un rendement plus élevé pour pouvoir fournir leurs marchés à moyen terme.

Par un courrier envoyé au Préfet, à la directrice de la DRAAF et au directeur de l’Inao d’Epernay, Yves Couvreur, président de la fédération des Vignerons Indépendants de Champagne, a formulé plusieurs demandes, estimant que sa position n’est pas entendue. Il demande à ce que les VIF puissent siéger au comité régional de l’Inao, au comité de Bassin et au comité exécutif de l’interprofession. « Mon objectif est de pouvoir exposer et défendre notre point de vue sur les rendements de la récolte 2020 car nos opinions divergent clairement avec ceux du syndicat général des vignerons (SGV) », explique-t-il.  

" La décision du rendement ne peut pas tenir compte que du marché du raisin"

Yves Couvreur milite pour un niveau d’appellation à deux niveaux : un rendement pour le marché des raisins, et un autre rendement proche de 10 200 kg/ha pour ceux qui vendent en bouteilles, qu’ils soient RM (récoltant manipulant) ou RC (récoltant coopérateur). « Je comprends que le négoce ou les coops souhaitent réduire leurs stocks, précise-t-il. Mais depuis la crise de 2008, seuls les vignerons commercialisant des bouteilles ont vu leurs marges baisser, contrairement aux vendeurs au kilo. Je ne suis pas envieux de leur situation. Ils ont fait un choix, nous en avons fait d’autres. Mais la décision du rendement ne peut pas tenir compte que du marché du raisin. Il faut savoir innover ! ».

Bloquer des raisins au-delà de 8000 kg/ha

Yves Couvreur aimerait que les vignerons qui vendent des bouteilles puissent bloquer des raisins au-delà de 8 000 kg/ha (NDRL : plafond de la réserve qualitative actuelle) et qu’ils soient autorisés à débloquer une partie de cette réserve selon un ratio de stock à définir (4 à 4.5 années). Ses opposants lui rappellent que les VIF commercialisent eux aussi des raisins, des vins clairs ou des vins sur lattes, à hauteur de 20 % de leur récolte en moyenne. Et qu’ils pourraient tirer ces 20 % en bouteilles. « C’est vrai que nous vendons une partie en raisin, répond Yves Couvreur. C’est généralement pour payer nos fermages. Je serais d’accord pour que cette fraction ait le rendement du marché du raisin. Mon souhait est de pouvoir en discuter avec le Préfet. Un rendement à deux niveaux est possible, c’est plus ou moins ce qui a été fait en 2003. Si on limite les ventes des RM et des RC, il y aura davantage de vendeurs au kilo et à terme une paupérisation de la Champagne ».

Pour Maxime Toubart, "les VIF ont une vision individualiste"

"Les VIF ne représentent pas tous les vignerons qui vendent des bouteilles, mais 393 viticulteurs sur les 18 000 viticulteurs que compte la Champagne. C’est un avis parmi d’autres et ils ont eu l’opportunité de l’exprimer par leurs représentants au sein du conseil d’administration du SGV. Ils siègent également dans toutes les commissions interprofessionnelles. Quant à Yves Couvreur, il est membre de droit au bureau du SGV. Je ne partage pas leur vision individualiste et dangereuse de la gestion des rendements. En raisonnant ainsi, demain, les jeunes pourraient demander un rendement supérieur pour mieux financer leur installation. Et les vignerons des crus recherchés pourraient aussi argumenter qu’ils trouveraient facilement des acheteurs s’ils bénéficiaient d’un rendement plus élevé. La règle d’une AOC, c’est d’avoir un rendement unique. Il y a un moment pour le débat, un moment pour le vote et ensuite un moment pour défendre le collectif. On en est là aujourd’hui" commente Maxime Toubart, président du Syndicat général des Vignerons de Champagne.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé