LE FIL

Confinement, distanciation sociale...

Ces entreprises qui adaptent leur supports de communication et de promotion

Lundi 04 mai 2020 par Juliette Cassagnes
Article mis à jour le 07/05/2020 11:30:31

Modifier son logo est un bon moyen de faire passer les valeurs et la marque de l'entreprise, sans vendre ni parler de produits
Modifier son logo est un bon moyen de faire passer les valeurs et la marque de l'entreprise, sans vendre ni parler de produits - crédit photo : Pixabay
Certaines entreprises du secteur des vins et champagne ont décidé d'adapter leurs outils de communication ou de promotion en lien avec la crise actuelle. Exemples chez trois d'entre eux, en Champagne et dans le Gard.

Le Champagne Henri Giraud (Aÿ) a décidé de faire évoluer son logo, momentanément, pour « promouvoir le respect de la distanciation sociale à travers le monde ». Au lieu d'avoir deux points situés juste au-dessus de la lettre G, une distance a été mise entre; ils sont dorénavant placés de chaque côté ; l'objectif : « souligner l'importance de limiter les contacts non essentiels et de maintenir au moins 1 métre de distance entre vous et les autres ». Il est accompagné d'une des trois phrases suivantes : « keep distance », « pamper yourself » ou « stay at home ».

Ce logo n'est pas destiné à être ajouté sur les produits, mais seulement pour la communication institutionnelle de l'entreprise, et de façon provisoire, tant que les mesures de distanciation seront en vigueur : dans les emails, sur les réseaux sociaux, newletters, etc. Une idée de Claude Giraud, qu'ont également eue la célèbre chaine de fastfood Mac Donald's, Mastercard ou encore le secteur automobile (Mercedes, Audi, Volkswagen).

« C'est un bon moyen de faire passer les valeurs et la marque de l'entreprise, sans vendre ni parler de produits », explique Guillaume Jourdan, de l'agence de communication Vitabella. Ce dernier dénombre déjà de bonnes retombées presse et un impact très positif du côté des salariés, qui en ont eu une bonne perception.

Autre exemple, qui a eu un franc succès : celui du château Beaubois (Costières de Nîmes), qui a décidé de fabriquer des masques en denim et bordés dans un coin d'une étiquette au nom du domaine ; un tissus qui fait écho à une cuvée collector lancée en 2018 appelée « Ramenons le denim à la maison », et dont l'étiquette est elle-aussi dans cette matière. Cette dernière vise à soutenir la relance d'un atelier de fabrication du jean Denim à Nîmes. « Il me restait des chutes de tissus, ma mère s'est donc mise à en confectionner il y a 3 semaines », témoigne Fanny Molinié, la propriétaire du domaine. Un post publié sur Facebook pour en offrir à ses clients professionnels a suffi pour créer l'engouement: « J'ai eu 300 commandes, je ne m'attendais pas à cela, admet la vigneronne. Agents, cavistes, commerciaux, etc. Tous en réclament !».

"Un outil promotionnel, mais pas que"

Pour y répondre, elle a décidé de passer commande auprès de l'Atelier de Nîmes, à raison de 100 masques produits par semaine. Elle en a déjà receptionné 200, qui leur ont été envoyés, par la poste. « C'est une façon pour moi de les remercier du travail qu'ils font pour vendre nos vins ; mais cela rend aussi service à des gens qui travaillent... C'est un geste commercial et sanitaire à la fois ».

En échange de ce cadeau, qui lui coûte 5€ l'unité, elle leur a demandé de leur faire passer une photo d'eux avec le masque, en guise de souvenir. « J'ai des supers retours de remerciements depuis quelques jours, ils sont touchés que l'on ait pensé à eux », poursuit celle-ci. Dans un second temps, elle envisage de le proposer dans son caveau, à la vente ou pour l'offrir en cadeau promotionnel aux clients particuliers.

L'idée d'utiliser le masque à la fois comme outil promotionnel et comme vecteur de transmission d'un message sanitaire a également été exploitée par le Champagne Piot Sévillano (Vincelles). L'entreprise a fait faire des masques blancs en tissus homologué, à l'effigie de la marque, sous laquelle a été inscrit la phrase « Take care and drink champagne ». « J'ai souhaité leur dire: faites attention, mais aussi que la vie est courte, donc profitez-en », précise Christine Scher-Sévillano. « On va vivre avec ce masque pendant un bon moment...L'idée était donc de faire passer un message sanitaire, mais aussi en faire quelque chose de positif et de l'égayer », poursuit-celle-ci.

Une première commande de 150 masques a été faite il y a plusieurs semaines, pour en distribuer dans un premier temps aux salariés et aux saisonniers: « Pas question de faire la mise en bouteilles sans », justifie t-elle.

Face au succès rencontré, elle vient tout juste de repasser une seconde commande auprès du fabricant. « J'ai eu beaucoup de demandes de mes clients !», s'étonne t-elle. Celle-ci pense les offrir à ceux qui commanderont une caisse de 6 bouteilles, ainsi qu'aux touristes de passage cet été, pour se protéger.

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé