LE FIL

Précocité 2020

La vigne reste en avance

Lundi 06 avril 2020 par Hélène de Montaignac

Dans le Muscadet, les vignes ont 12 à 15 jours d'avance.
Dans le Muscadet, les vignes ont 12 à 15 jours d'avance. - crédit photo : Domaine Christian Gauthier
Au 30 mars, bien que ralentie par le froid des derniers jours, la vigne conserve sa précocité.

Dans l’Hérault, “c’est une année exceptionnelle en termes de précocité du débourrement”, lance le 30 mars Jacques Rousseau, de l’Institut Coopératif de la Vigne et du Vin (ICV). “Le 29 février, alors que je taillais des grenaches au-dessus de Saint-Chinian, à 300 mètres d’altitude, tous les bourgeons avaient débourré, et on voyait deux à trois feuilles étalées aux extrémités des sarments. Aujourd’hui les grenaches sont à trois à cinq feuilles dans les secteurs précoces. On a bien deux semaines d’avance sur l’an dernier ”. En Provence, “si dans des secteurs tardifs des bourgeons sont encore dans le coton, ailleurs on a 15 jours, voire un mois d’avance par endroits, avec des stades majoritairement à 2 ou 3 feuilles étalées et jusqu’à 5 ou 6 feuilles”, constate Julie Mazeau, de la Chambre d’agriculture du Var.

Dans le Val de Loire, Célia Brégeon, de la Chambre d’agriculture des Pays de Loire, annonce deux à trois semaines de précocité, “à pondérer car le froid annoncé début avril va à nouveau ralentir la pousse”. Avec des chardonnays au stade “deux feuilles étalées sur l’île de Ré, on est à une douzaine de jours d’avance par rapport à une moyenne sur 20 ans”, calcule Magdalena Girard, de la Chambre d’agriculture de Charente-Maritime. Dans le Beaujolais, on parle d’une semaine d’avance. “Les stades vont de “bourgeon dans le coton” à “première feuille étalée” sur le chardonnay”, annonce Nina Chignac, de la Chambre d’agriculture du Rhône, qui s’inquiète du gel sur les jeunes pousses : “on n’a pas les moyens de la Bourgogne pour lutter”. En Champagne, sur 30 parcelles observées, le chardonnay est au stade pointe verte, “un stade qu’il atteignait au 9 avril ces dernières années”, témoignait Isabelle Renard, du GDV Marne le 30 mars. 

Un des millésimes les plus précoces

En Bourgogne, “on reste sur un des millésimes les plus précoces, proche de 2017. Il est assez difficile de se projeter, car un jour il fait 17°C et le lendemain 9°C, mais je pense qu’on aura un débourrement entre le 1er et le 10 avril, soit 12 à 15 jours d’avance sur 2019, où les vignes ont débourré entre le 15 et le 20 avril”, pronostique Benoît Bazerolle, de la Chambre d’agriculture de la Côte d’Or. Dans les Côtes du Rhône, “on avait neuf jours d’avance sur l’année dernière le 25 mars, mais on en a un peu perdu avec le froid qui s’est installé”, remarque Rémi Vandamme, de la Chambre d’agriculture du Vaucluse. 

"Activité des escargots"

Dans le Sud-Ouest, “le froid a eu l’avantage de calmer l’activité des escargots”, comme en témoignent Thierry Massol, de la Chambre d’agriculture du Tarn et Magdalena Girard dans le Cognaçais. Les petits escargots blancs théba pisana inquiètent toutefois les techniciens dans le Bordelais. Sébastien Declercq, de l’URAB, conseille d’intervenir « urgemment, si ce n’est pas encore fait, notamment avec du phosphate ferrique, un produit utilisable en bio”.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé