LE FIL

Activité au ralenti

Les caves coopératives tiennent jusqu’ici le choc

Mercredi 18 mars 2020 par Marion Ivaldi

Cave coopérative d'Ouveillan (Aude). Pour l'instant, le secteur coopératif tient le choc de la crise du coronavirus.
Cave coopérative d'Ouveillan (Aude). Pour l'instant, le secteur coopératif tient le choc de la crise du coronavirus. - crédit photo : DR
Ce 17 mars, les Vignerons coopérateurs font écho d’une situation plutôt rassurante dans les caves coopératives. La réduction de l’activité est au ralenti mais aucunes situations d’extrême urgence n’est à déplorer.

Solidarité, bonne circulation de l’information, maintien de l’activité : pour l’instant, les caves coopératives ne sont pas confrontées à une situation préoccupante. Evidemment, « l’activité est ralentie. Mais il y a toujours des retiraisons » souffle Boris Calmette, président des Vignerons coopérateurs. Les caves coopératives ont été rassurées par le fait que la continuité de l’activité pouvait être assurée, suite aux déclarations du président de la République le 16 mars. « Les activités de production au vignoble comme en cave sont maintenues en respectant scrupuleusement les gestes barrières contre la contamination au coronavirus » explique Anne Haller, directeur des Vignerons coopérateurs. Ces activités étaient impérieuses car, comme le souligne Boris Calmette, « il y a encore des assemblages à réaliser, des préparations de vins à faire. Les chaînes d’embouteillages continuent de tourner » observe-t-il en Languedoc-Roussillon. Globalement donc, les caves coopératives n’ont pas à déplorer de coup d’arrêt brusque de leur activité. « Il y a eu des petits accrochages cependant, comme des transporteurs qui ont fait valeur que le transport du vin n’était pas prioritaire » remarque Anne Haller qui indique que Coop de France met en place un indicateur pour suivre les arrêts maladies dans la coopération.

Et après le coronavirus ?

L’inquiétude se pose plutôt pour l’avenir. Si à nouveau plusieurs échos font état d’un retour de la Chine aux affaires, en France, en Europe et dans de nombreux pays du monde tels que les Etats-Unis, la consommation va être fortement freinée. « La GMS France maintient son activité. Pour les entreprises qui sont bien représentées dans ce secteur de distribution, les achats se poursuivent » explique Florian Ceschi, Ciatti. Mais pour le CHR, tout est à l’arrêt. Et Anne Haller de conclure : « l’inquiétude est de savoir quel sera le niveau des stocks, le rythme de la reprise et plus globalement les conséquences économiques de cette crise. Pour le moment, il est trop tôt pour faire des pronostics ».

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé